MayotteImmigrationabonnésContenu payant

Pour le gouvernement, les revers s’accumulent à Mayotte

ARTICLE. Sur l’île de Mayotte, l’opération Wuambushu connaît une série d’obstacles. Le dernier en date – la suspension de la destruction d’un bidonville dans le nord du pays par le tribunal de Mamoudzou – n'a pas pour autant fait renoncer le gouvernement.

/2023/04/Mayotte (1)


Le gouvernement s’était-il si mal préparé que cela ? Depuis le début de la semaine, le gouvernement, dans le cadre de l’opération Wuambushu, visant à lutter contre l’immigration illégale et l’insécurité grandissante à Mayotte, accumule les revers. Dès les premières heures, les nombreuses forces de police sur place (plus de 1500 policiers et gendarmes) ont fait face aux attaques de bandes de jeunes délinquants comoriens, réticents à l’idée de se faire déloger. La population mahoraise, largement favorable à cette opération, a vu ensuite ses espoirs douchés par le tribunal de Mamoudzou, lequel a suspendu la destruction du bidonville Talus 2 dans le nord du pays, provoquant la colère des habitants. Peu de temps après, le préfet a fait appel de la décision de justice et a précisé que l’opération de destruction aurait bien lieu ces prochains jours. Une décision appuyée par Gérald Darmanin. « Ce qui met en danger la population, c’est l’insalubrité, l’insécurité et la non-reconnaissance du droit de propriété », a affirmé le ministre de l’Intérieur, qui a reconnu tout de même que l’opération Wuambushu était « difficile mais extrêmement résolue ». Pour rappel, l’objectif du gouvernent est de...

Vous aimerez aussi