sociétéTravailabonnés

Religion au travail : des comportements rigoristes en forte hausse

07/05/2021

ARTICLE. Demandes d’absences ou d’aménagements, signes religieux, refus de travailler avec quelqu’un, refus de serrer la main aux femmes, prières dans les vestiaires… un nouveau rapport montre que le fait religieux est de plus en plus présentsen entreprise, et les comportements rigoristes plus visibles que jamais.

Religion au travail : des comportements rigoristes en forte hausse

Dans son nouveau baromètre, l’Observatoire du Fait Religieux en Entreprise (OFFRE), associé à l’Institut Montaigne, souligne les évolutions des faits religieux dans les entreprises françaises. Il s’appuie pour cela sur une enquête d’opinion de plus de 1.120 managers et sur des « entretiens qualitatifs au sein d’entreprises concernées ».

Parmi les résultats de cette étude, on remarque que « des situations de travail marquées par la présence de faits et comportements religieux sont repérées dans plus des deux tiers des entreprises françaises. »

Ci-dessous la répartition, en pourcentage d’occurrence, de ces faits religieux :


Les comportements religieux sont dans leur grosse majorité le fait de personnes de confession musulmane : « les faits musulmans sont les plus fréquents et sont même largement majoritaires ».

Parmi ces faits religieux, certains sont plus acceptés que d’autres en entreprise. Le rapport fait la différence entre plusieurs catégories de pratiques liées à la religion. Les faits les plus fréquents sont ceux ayant trait aux demandes d’absence et d’aménagement du temps de travail, du port de signes religieux, de présence d’objets religieux dans l’espace de travail, ou de prière pendant les pauses ; faits qui, selon l’Institut, « ne remettent pas en cause en eux-mêmes l’organisation du travail et son fonctionnement ». Voilà ce qu’en dit un employé interrogé par l’enquête : « Tant que ça ne déborde pas sur le travail je ne dis rien ».

« Les demandes deviennent des revendications »

La deuxième catégorie est rencontrée moins souvent, mais plus problématique. Il s’agit de faits « qui remettent intrinsèquement en cause l’organisation du travail et son fonctionnement, les relations entre collègues, ou encore qui transgressent des interdits ». Exemples : le refus de travailler (ou de serrer la main) avec des femmes ou avec des personnes qui n’ont...

Contenu réservé aux abonnés

66 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+