sociétéÉcole

Si le mépris n’existait pas, l’Éducation nationale l’aurait inventé !

15/10/2021

OPINION. Crise sanitaire, enseignement de la laïcité, absence de soutien hiérarchique… Un an après l’assassinat de Samuel Paty, Nicolas Bourez, directeur d’école, fustige le mépris dont fait preuve l’Éducation nationale vis-à-vis de ses enseignants.

Si le mépris n’existait pas, l’Éducation nationale l’aurait inventé !


Deux années très compliquées, sur fond de gestion de crise sanitaire et de protocoles à mettre en place, ont épuisé le personnel de l’Éducation nationale, et notamment les directeurs d’école et les chefs d’établissement. Toutes les conditions sont réunies depuis longtemps pour que les situations s’aggravent et que les tensions s’accumulent au sein des établissements scolaires, mais les deux années écoulées ont sérieusement entamé le capital santé et la résistance des personnels dirigeants. L’Éducation nationale a fait mine de s’en rendre compte en remerciant du bout des lèvres les personnels concernés et en octroyant une petite prime de 30 € mensuels pour le travail supplémentaire accompli, en raison des confinements et des consignes sanitaires parfois intenables qu’il nous a pourtant fallu appliquer.

Déjà le sentiment d’une vive incompréhension, car aucun de nous ne fait l’aumône ! Ce que les directeurs souhaitent avant toute autre chose c’est du temps de décharge d’enseignement supplémentaire pour ceux qui ont encore la classe, et un secrétariat pour toutes les écoles ! Je précise que pour ma part, je dirige une école en éducation prioritaire de 260 élèves et que je suis seul pour cela. Sur les volets relationnel, administratif et pédagogique des missions du directeur, je n’ai quasiment plus de temps à consacrer à la partie la plus porteuse en termes de résultats, car personne n’est là pour me délester de toute la paperasse administrative, heureusement par mail aujourd’hui.

Consciente de tout cela, mais incapable de proposer des solutions qui iraient dans le sens du bien-être au travail des directeurs d’école, et donc de la réussite de nos élèves, l’Éducation nationale conjugue le mépris à tous les temps. Nous venons de recevoir un message fort déplaisant que je ne peux pas vous copier, mais que je vais vous expliciter pour éclairer mon propos. Un...

Contenu disponible gratuitement

71 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+