sociétéEELVabonnés

Universités d’été EELV ou l’Internationale woke

11/08/2021

ARTICLE. Du 19 au 21 août prochains vont se tenir les journées d’été des écologistes d’EELV à Poitiers. Trois jours où les militants vont se former à l’écologie, mais également à l’éco-féminisme, à la lutte contre le patriarcat, aux politiques migratoires, au conflit Israelo-palestien…

Universités d’été EELV ou l’Internationale woke

Les réjouissances auront lieu du 19 au 21 août, à Poitiers. Dans la ville d’Aliénor d’Aquitaine, les élus d’Europe Écologie Les Verts (EELV) et les militants du parti vont se réunir pour participer à des débats et des formations. Autour de l’écologie politique sera évoqué tout l’attirail idéologique habituel qui gravite autour, à savoir le néoféminisme, les questions d’immigrations, la lutte contre l’extrême droite. Ces journées d’été d’EELV seront également l’occasion pour chaque candidat à la primaire du parti de pouvoir s’exprimer librement pendant une heure.

Le ton est donné par le Secrétaire national EELV Julien Bayou, dans le livret programme de l’événement : dans un pays où deux visions s’affrontent, à savoir « un passé fantasmé, xénophobe et du repli sur soi incarné par l’extrême droite et Marine Le Pen »et « le présent, le statu quo qui marchandise la nature et l’humain, sans vision à long terme, incarné par Emmanuel Macron », EELV entend représenter « l’avenir, l’écologie, la lutte contre le dérèglement climatique et ses inégalités ». Pour les élus écologistes, la question « n’est plus d’influencer les décideurs, mais de les remplacer. »

En « mixité choisie », évidemment !

S’il sera bien évidemment question d’écologie tout au long de ces trois jours, avec des ateliers menés sur l’urbanisation, les modes de transports, ou bien les énergies fossiles, les militants EELV ont, comme à leur habitude, souhaité s’égarer sur d’autres chemins plus clivants.

Au rayon des thématiques abordées lors de ces journées d’été, le féminisme se taille la part du lion, avec des séances imposées en « mixité choisie » (traduisez : sans hommes). Une légère entorse au règlement préalable de l’événement qui stipule pourtant que « toute discrimination, sexiste, raciste, antisémite ou LGBTphobe n’a pas sa place chez les écologistes. »

Ces ateliers seront...

Contenu réservé aux abonnés

66 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi