cultureRésistanceabonnés

Éric Zemmour ne peut pas se réclamer de Charles de Gaulle

OPINION. Depuis la parution de son livre à succès Le Suicide français (2014), Eric Zemmour a patiemment contribué à relativiser les errements du pétainisme, réhabilitant, au nom de la lutte contre la repentance, la thèse du « glaive et du bouclier ». Une position qui, pour Régis de Castelnau, le rend illégitime à se revendiquer du général de Gaulle.

Éric Zemmour ne peut pas se réclamer de Charles de Gaulle


Manifestement passionné par l’Histoire, Éric Zemmour entretient avec celle-ci des rapports particuliers. Il utilise des connaissances souvent solides et parfois plus approximatives pour les mettre au service de son idéologie politique. Il est évidemment loin d’être le seul, mais donne souvent l’impression d’un « forçage » dans l’interprétation pour faire coller les faits avec un récit dont il entend tirer des enseignements pour aujourd’hui. Ses récentes approximations concernant les raisons de la chute de l’Empire romain (ndlr : au cours d’un entretien vidéo donné à la chaîne Youtube Thinkerview) en sont une singulière illustration. Au-delà de la confusion entre Gengis khan et Odoacre, il en donne une version simpliste, anachronique et, sur certains points, carrément fausse, en prétendant que Rome est tombée pour avoir ouvert ses frontières aux barbares pour des raisons humanitaires ! Vision commode qui permet de renvoyer évidemment à la situation actuelle de l’Europe face au défi migratoire.

L'Histoire constitue un récit, ce qui lui est une conception en réalité consubstantielle depuis Hérodote et Thucydide. Mais même si elle doit être « récit vrai », comme le dit Paul Veyne, chacun sait que le pouvoir en est l’enjeu implicite, le « Dieu caché », aurait dit Lucien Goldmann. C’est particulièrement vrai en France où on connaît l’importance du « roman national » imposé par la IIIe République pour assurer sa pérennité politique.

Ainsi, avec Éric Zemmour, on constate que les usages qu’il fait du passé, tout en prétendant le clarifier, sont essentiellement politiques, et la mémoire, le masque de l’idéologie. Donnant raison à Michel Foucault selon lequel le passé nous réserverait toujours des surprises puisqu’« on montre aux gens non pas ce qu’ils ont été, mais ce qu’il faut qu’ils se souviennent qu’ils ont été. » (Michel Foucault. Dits et écrits 1954 – 1988. Gallimard)

Depuis qu’il...

Contenu réservé aux abonnés

82 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+