cultureMédias

Le coup de pied de Kahn

05/06/2020

Le journaliste et écrivain Dominique Jamet est heureux de participer à Front Populaire. Voici sa première contribution sous la forme d'une réponse adressée à Jean-François Kahn, fondateur de l’hebdomadaire Marianne il y a aujourd’hui près d’un quart de siècle.

Le coup de pied de Kahn

Tout le monde connaît Jean-François Kahn.

Tout Français âgé de sept à plus de soixante-dix-sept ans a eu au moins une fois l’occasion d’écouter et d’apprécier à la radio ou sur le petit écran la parole presque toujours profuse, l’expression parfois confuse et les remarques le plus souvent intelligentes et originales de celui qui, esprit critique mais aussi créateur d’entreprises, a fondé l’hebdomadaire Marianne il y a aujourd’hui près d’un quart de siècle.

Les fidèles lecteurs du magazine et les nombreux lecteurs des innombrables ouvrages de Jean-François Kahn sont bien placés pour constater la  rectitude et la continuité de la ligne politique suivie par celui-ci et que marquent notamment le rejet des vieux partis et des clivages périmés, l’attachement à la nation telle que l’ont inventée les pères fondateurs de la Révolution française, à la République telle que l’ont aimée et fait aimer les hussards noirs de la IIIe, à la liberté d’expression, à la liberté de croire, à la démocratie, à la laïcité, enfin le souci permanent d’arracher notre société aux griffes de la technostructure, du grand capital et des superpuissances impérialistes ou multinationales. Natacha Polony défend et illustre désormais cette ligne avec autant de talent que de conviction.

Les uns comme les autres n’en ont été que plus étonnés de découvrir dans l’avant-dernier numéro de Marianne, sous le titre « Heure de vérité » un éditorial de Jean-François Kahn qu’ils n’auraient pas été surpris de lire, sur le site de Médiapart ou dans Le Monde, par exemple sous la signature d’Edwy Plenel ou d’Abel Mestre.

« JFK » s’y attaque avec violence, sans le nommer, à celui qui, dit-il, fut longtemps « le parangon d’une extrême-gauche anarchisante et nietzschéenne » et qui « annonce le lancement d’une publication destinée à fédérer les souverainismes des deux rives (pas les plus démocratiques en l’occurrence ».

Le parangon en question serait-il Michel Onfray ? La « publication »

Contenu disponible gratuitement

46 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+