culturePrésidentielle

Qu'on ne s'improvise pas homme d'action (7/8)

L’IMPOSSIBLE PRÉSIDENCE. Qu’on l’adule ou qu’on le haïsse, Eric Zemmour est l’ovni de cette campagne présidentielle. Observateur attentif du populisme, le philosophe Vincent Coussedière interroge son parcours et nous propose une analyse profonde du rôle historique de Zemmour. Chapitre sept.

Qu'on ne s'improvise pas homme d'action (7/8)


Zemmour, qui admire tant Napoléon ou de Gaulle, semble incapable de pratiquer l’art de la dissimulation, pourtant nécessaire à la grande politique. Il semble incapable de ce mélange de distance et de proximité propre à l’« homme de cour » selon Baltasar Gracian. Certes, il est discret et pudique sur sa vie privée, mais extraordinairement sans distance et sans mesure lorsqu’il s’agit de politique, où là, tout devrait être dit. Zemmour a tout dit et c’est sans doute parce qu’il a beaucoup trop dit qu’il ne sera pas en position d’agir. De Gaulle, le de Gaulle théoricien comme le de Gaulle praticien du pouvoir, aurait dû aussi le faire réfléchir sur ce point.. Un chef, ce chef dont la France aurait un cruel besoin aujourd’hui, fait un usage parcimonieux de la parole.

Emmanuel Macron eût quelques velléités de singer le grand homme au début de son quinquennat, faisant attendre les médias, pratiquant la rétention d’informations dont ceux-ci sont friands. Cela ne dura pas, il ne parvint qu’à agacer ceux-ci, lui qui avait atteint la magistrature suprême par un flot de paroles déversé durant ses meetings et les débats télévisés ne pouvait plus se taire, le naturel revenant au galop, il...

Contenu disponible gratuitement

92 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+