cultureFéminisme

Rennes : Les hôtesses du Tour de France Persona non grata.

17/08/2020

Si la maire de Rennes justifie son refus de voir le Tour de France partir de sa ville l’an prochain, essentiellement pour des raisons budgétaires, ses alliés Verts lui auraient soufflé d’autres arguments plus « féministes » à l’oreille. Une oreille apparemment très réceptive mais à géométrie variable en la matière.

Rennes : Les hôtesses du Tour de France Persona non grata.

Décidément, les édiles verts ou socialistes aux manettes de certaines de nos grandes villes n’en sont plus à quelques contradictions près. Mais désormais, les lignes politiques affichées ont au moins le mérite d’être sans ambiguïté, claires et assumées.

Après les atermoiements calamiteux observés ces derniers temps du côté de Lyon et de Bordeaux, notamment en matière d’insécurité et de violences gratuites ayant conduit à des drames, la dernière polémique en date concerne cette fois-ci la ville de Rennes.

La maire socialiste Nathalie Appéré, a refusé d’accueillir le départ du tour de France en 2021. Après consultation de sa majorité, dont font partie les Verts, elle a estimé que la facture serait trop salée pour sa commune, près de 700 000 euros visiblement, et que la manifestation générerait beaucoup trop de déchets, sans parler de l’empreinte carbone très lourde, selon le quotidien breton Le Télégramme.

Un autre point aurait également pesé dans la balance selon le journal : les écologistes, pour lesquels cette course « a fait son temps », estimaient que l’événement véhiculait « une image dégradante et sexiste de la femme », à cause notamment de la présence d’hôtesses. Ces jeunes femmes qui encadrent vainqueurs d’étapes et maillots jaunes à l’arrivée de chacune des courses…

On croit rêver. Mais en ces temps de règne d’une moraline « progressiste », à la fois déroutante et affligeante, finalement, est-ce bien si étonnant ? Nous vivons une sorte de course à la bêtise. La surenchère étant permanente.

En revanche, deux faits peuvent éclairer différemment cette prise de décision de la maire de Rennes. Car si elle trouve déshonorant de voir des femmes en mini-jupe aux côtés de cyclistes sur les podiums de la grande boucle, événement majeur dans la culture populaire française, elle s’émeut beaucoup moins de voir des femmes nager en...

Contenu disponible gratuitement

40 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi