economieConsommation

Solidarité agricole : la grande distribution refuse de baisser ses marges

01/02/2021

ARTICLE. Alors que les prix des matières premières agricoles s’envolent, les négociations entre les distributeurs et la Fédération nationale des syndicats d’exploitants Agricoles sont au point mort. Le gouvernement en est réduit à inciter les Français à relever eux-mêmes les pratiques douteuses des grandes enseignes.

Solidarité agricole : la grande distribution refuse de baisser ses marges

Les agriculteurs et les éleveurs alertent. Pris entre le marteau de la grande distribution et l’enclume du prix des matières premières, ils tentent de faire entendre leurs voix, sans grand succès pour le moment. Dans un mois, les négociations commerciales annuelles entre la FNSEA ( fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles ) et la grande distribution arrivera à son terme. Pour le moment elles sont au point mort. Le 29 janvier, une réunion du Comité de suivi des relations commerciales, organisée par le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie, a permis à la fédération agricole de se plaindre de “l’attitude irresponsable de la grande distribution.”

En cause, le contexte économique. Avec d’un côté, les conséquences des divers confinements et autres couvre-feux et de l’autre côté l’envolée du coût des matières premières. Celles-ci ont considérablement augmenté ces derniers mois. Que ce soit à cause de la sécheresse, ou de la tension sur le marché chinois, le prix des céréales a flambé : + 20% pour le blé + 40% pour le maïs, +40% sur le soja. Une catastrophe pour les éleveurs, pour qui l’alimentation de leur bétail tourne autour de 60 % du coût de revient. Résultat, leurs marges fondent à mesure que leurs animaux s’engraissent.

Les éleveurs et les industriels parlent d’une même voix : ils réclament un effort de la grande distribution. Il faut dire qu’elle est l’une des grandes gagnantes de la crise de la COVID : Son chiffre d'affaires a progressé de +6,3% en 2020, tandis que les prix alimentaires augmentaient de +2%. La FNSEA réclame que ces hausses de coût de production soient répercutées sur les conditions générales de vente, ce que refuse la grande distribution.

Les deux ministres ont dénoncé le comportement cynique des grandes enseignes...

Contenu disponible gratuitement

43 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+