InternationalUSA

Présidentielle américaine: l'obsession de la race

13/08/2020

Joe Biden vient d'annoncer le nom de sa colistière dans la course à la Maison-Blanche: Kamala Harris. Loin se mettre en avant les qualités de fond de l'intéressée, les médias bien-pensants français ont préféré se polariser sur un autre aspect de sa personnalité…

Présidentielle américaine: l'obsession de la race

Mardi, Joe Biden, candidat du Parti démocrate à la présidentielle américaine, a révélé que, s'il venait à gagner les élections en novembre prochain, l'ancienne procureure générale et sénatrice de Californie Kamala Harris, serait sa vice-présidente.

Aux USA, le vice-président a un rôle constitutionnel limité, consistant à assurer l'intérim à la tête de l'exécutif en cas de décès, d'incapacité, de démission ou de destitution du chef de l'Etat. En temps normal, il assure en revanche des fonctions purement honorifiques.

Kamala Harris n’avait jusqu’ici pas suffisamment pesé dans la vie politique américaine pour que son nom nous parvienne d'outre-Atlantique. La plupart d'entre nous ont donc fait sa connaissance en lisant ces derniers jours les journaux français.

Or la presse "progressiste" a systématiquement anglé sur un fait: fille d'un économiste né en Jamaïque et d'une cancérologue née en Inde, Kamala Harris est la "première colistière noire" de l'histoire des Etats-Unis. En effet, Libération, Le Monde, L’Express et le HuffPost ont tous relevé, dès le début de leurs articles consacrés à l'annonce de Joe Biden, si c’est n’est dans le titre, la couleur de peau de la sénatrice.

La carnation de Kamala Harris n'est pas une information sans intérêt dans un pays où les citoyens se définisent officiellement en fonction de leur "race". Mais à Front Populaire, nous pensons que les médias français seraient mieux inspirés de ne pas intérioriser aussi ostensiblement ce particularisme américain et de se concentrer en priorité sur les compétences de la candidate plutôt que sur ses origines.

Non seulement parce que l'humanisme le commande, mais aussi parce que, n'en déplaise aux Rouletabille de salon, nous ne sommes pas une province de l'Oncle Sam.

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+