InternationalDiscriminationsabonnés

Tunisie : le lourd héritage de l’esclavagisme des populations noires

05/12/2020

ARTICLE. Un tunisien de 81 ans s’est battu pour supprimer la mention “Atig”, à savoir “affranchi”, de son nom de famille. Un tribunal vient de lui accorder son souhait, médiatisant ainsi la question des discriminations que subissent les populations noires en Tunisie.

Tunisie : le lourd héritage de l’esclavagisme des populations noires

Mi-octobre, un tribunal de Médenine, au sud de la Tunisie a acté en faveur de la requête d’un citoyen tunisien noir et a autorisé la suppression de la mention “Atig” de son nom de famille. Hamden Atig Dali, âgé de 81 ans et descendant d’esclave, a fait valoir l’article 2 de la loi antiraciste adoptée par la Tunisie en 2018. La notion d’”Atig” (littéralement : affranchi par) était pour lui ”stigmatisante et humiliante”. A la sortie du tribunal, son fils, Karim s’est ému : “Pour la première fois, je me sens comme un citoyen libre avec les mêmes droits que les autres”

Pour Hanen Ben Hassana, l’avocat d’Hamdem Atig Dali, il s’agissait d’un combat symbolique de la plus grande importance comme il l’a expliqué au Guardian : ”Il faut penser à ce qui pourrait amener un homme de 80 ans à insister pour poursuivre sa cause (...) Pensez à ça. Ensuite, vous réaliserez le poids de l'histoire qu'il a porté sur son dos tout au long de sa vie”. Pour les militants antiracistes, ce jugement est une victoire qui en appelle désormais bien d’autres, tant le champ des discriminations que subit cette population est large.

Les “Atigs” sont les descendants des esclaves noirs de Tunisie. Un mot à connotation raciste, encore utilisé aujourd’hui dans le langage commun, à titre péjoratif pour qualifier les habitants noirs dans le pays. La Tunisie a activement participé à la traite transsaharienne, sous l’Empire Ottoman, important des esclaves du Soudan du Burkina Faso, du Mali, ou bien du Niger. Un passé peu enseigné à l’école alors qu’est glorifiée l’abolition de cette pratique, le 23 janvier 1846, par un décret du Bey Ahmed Ier. 19 ans avant les Etats-Unis, la Tunisie peut s’enorgueillir d’être le premier pays arabe à interdire l’esclavage sur son territoire.

Pour autant,...

Contenu réservé aux abonnés

53 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi