InternationalNationabonnés

Un « abandon en plein vol » : le Mali critique le retrait des troupes françaises du Sahel

27/09/2021

ARTICLE. Alors que le premier ministre malien dénonce à l’ONU « l’abandon » dont se serait rendue coupable la France en retirant ses troupes du Sahel, celle-ci s’inquiète d’un potentiel contrat entre Bamako et les mercenaires de la compagnie russe Wagner, contrat qui servirait à « compenser » le retrait des forces françaises.

Un « abandon en plein vol » : le Mali critique le retrait des troupes françaises du Sahel


La décision française d’enclencher le retrait de la force Barkhane du Sahel serait « un abandon en plein vol » considère le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga, invité à s’exprimer le 25 septembre 2021 à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies se tenant à New York. Il déplore un « manque de concertation » et une annonce « unilatérale », sans coopération tripartite avec l’ONU et le gouvernement malien. Il a assuré qu’il n’y avait pas, au Mali, de « sentiment anti-français ».

« L’opération française Barkhane annonce subitement son retrait en vue, dit-on, d’une transformation en coalition internationale dont les contours ne sont pas encore connus », déplore encore le Premier ministre. Réaffirmant les objectifs de lutte contre le terrorisme, il réclame que la mission de paix de l’ONU et ses 15 000 casques bleus adopte « une posture plus offensive sur le terrain » et met en garde sur le fait que le Mali pourra explorer d’autres options : « La situation née de la fin de Barkhane (…) nous conduit à explorer les voies et moyens pour mieux assurer la sécurité de manière autonome avec d’autres partenaires », afin de « combler le vide que ne manquera pas de créer la fermeture de certaines emprises de Barkhane dans le nord du Mali ». En clair, une frappe détournée contre la France.

Réorganisation des opérations antiterroristes au Sahel

Les propos du chef du gouvernement malien font référence à la décision, annoncée par Emmanuel Macron en marge d’un sommet des pays du G5 Sahel le 9 juillet 2021, de réduire la présence française dans la région et de mettre fin à l’opération antiterroriste Barkhane au profit d’un dispositif plus resserré. Il est prévu que ce dispositif soit recentré sur les « opérations de contre-terrorisme et l’accompagnement...

Contenu réservé aux abonnés

66 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+