InternationalSouverainismeabonnés

Vaccination : la leçon de souveraineté du Royaume-Uni

18/03/2021

ARTICLE. L’AstraZeneca a été suspendu dans de nombreux pays européens pour quelques jours, retardant une énième fois la campagne de vaccination. De son côté, le Royaume-Uni a fait de la vaccination une priorité nationale. Plus les jours défilent, plus les résultats lui donnent raison. Une leçon de souveraineté, en somme.

Vaccination : la leçon de souveraineté du Royaume-Uni

Boris Johnson est en passe de remporter son pari. Alors que le Royaume-Uni payait un lourd tribut, début 2021, avec un nombre de décès provoqués par la Covid dépassant les 120 000, le premier ministre britannique faisait face à une hostilité plus que grandissante. Mais, la politique qu’il avait préparée à mettre en œuvre six mois auparavant n’avait pas encore pu porter ses fruits. Trois mois plus tard, c’est chose faite. Alors que la France songe de plus en plus au confinement face à l’envolée des admissions en réanimation, le Royaume-Uni voit la courbe des décès diminuer autant que progresse celle du pourcentage de la population vaccinée. De plus de 1 700 morts en janvier, le Royaume-Uni est passé à 800 mi-février. Un mois plus tard, ce chiffre est tombé à environ 150, décroissant de façon linéaire.

Ces résultats sont le fruit d’une politique en deux temps. Tout d’abord dans la course au vaccin. Très vite, dès juillet 2020, Boris Johnson, libéré des contraintes administratives et politiques de l’Union Européenne, a anticipé les exigences d’une telle campagne de vaccination. Là où des pays comme la France s’engluaient dans des débats à n’en plus finir sur le vaccino-scepticisme, le Royaume-Uni multipliait les commandes auprès des laboratoires. En tout, ce sont plus de 400 millions de doses des divers vaccins du marché, validés ou non, qui ont été commandés ces derniers mois. A ce jour, huit accords ont été conclus, dont le dernier avec la société biopharmaceutique CureVac pour développer des vaccins contre de futurs variants. Le pays qui vient de quitter l’Union Européenne ne pense pas seulement au présent, il anticipe le futur, en Etat stratège, tandis que l’Europe piétine.

Dans un deuxième temps, le Royaume-Uni a fait évoluer avec une grande réactivité, dès janvier, son dispositif qui avait été inauguré...

Contenu réservé aux abonnés

68 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+