opinionsMacronie

La France du mépris n’a plus de limites

OPINION. Malgré la diversité apparente des phénomènes sociaux qui vampirisent l’actualité depuis plusieurs années, le quinquennat présidentiel charrie son lot d’invariants. Le premier d’entre eux : un mépris élitaire pavoisant pour tout ce qui, de près ou de loin, se démarquerait du Cercle de la raison.

La France du mépris n’a plus de limites

Du référendum de 2005 à la crise des Gilets jaunes, nous avons pu observer à plusieurs reprises l’inclinaison au mépris par une large part des élites politiques, intellectuelles et médiatiques françaises, à l’égard du peuple récalcitrant à leur vision. Mais avec la crise du Covid 19, la France du mépris s’en donne à cœur joie. Plus les oppositions populaires s’expriment, plus les questions indélicates se font pressantes pour demander des justifications aux mesures de restriction des libertés sans précédent pour la totalité de la population, plus les analyses critiques sur la gestion politique et sanitaire se structurent, plus la France du mépris se replie sur ses certitudes. Du haut de son magistère lié à son intelligence progressiste, elle explique (en vain) aux gueux ce qu’elle est la seule à comprendre.

On a méprisé immédiatement les réticents à la vaccination en les traitant d’incultes scientifiques, on a convoqué Pasteur pour leur faire la leçon sur un ton qui, quelquefois, dans la cacophonie des médecins devenus stars télévisuelles, nous aura rappelé Thomas Diafoirus. Cette condescendance à l’égard des Français dubitatifs qui ne pouvaient pas se satisfaire des éléments de langage répétés sur toutes les ondes renforça de facto le camp ultra minoritaire des anti-vax aisément séduits par les théories fumeuses. La responsabilité des pouvoirs publics ainsi que certains médecins médiatiques est grande dans l’augmentation numérique du camp anti-vax. Et on peut craindre que le discours gouvernemental (et médical) à venir sur la quasi-obligation vaccinale des 12-17 ans va encore faire grossir ses rangs, tant cette stratégie est insensée alors que la population à risques (sujets âgés, malades chroniques, diabétiques, hyper-tendus, obèses) n’est pas encore totalement vaccinée. C’est vers elle, et elle seule, que les efforts des pouvoirs publics devraient se démultiplier, car c’est elle qui risque de venir occuper les lits de...

Contenu disponible gratuitement

81 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+