opinionsGénocide

Oscars 2021 : qui a peur de Dara de Jasenovac ? (partie 1)

OPINION. En lice pour les Oscars 2021, le dernier opus du réalisateur serbe Predrag Antonijevic jette une lumière implacable sur le génocide méconnu des Serbes, des Juifs et des Roms mené par la Croatie alliée au Reich entre 1941 et 1945. De Zagreb à Sydney en passant par Hollywood et Los Angeles, la critique virulente du film heurte aussi un révisionnisme accepté et acceptable…à gauche.

Oscars 2021 : qui a peur de Dara de Jasenovac ? (partie 1)

Auteur majeur des cinémas yougoslave puis serbe, Predrag Antonijevic est surtout connu du public ouest-européen pour deux films de guerre et d’action : Savior (1998), avec Denis Quaid et Nastassja Kinski et Hard Cash, qui met à l’affiche Christian Slater et Val Kilmer. Il concourra aux Oscars 2021 avec Dara iz Jazenovca (Dara de Jasenovac), projeté pour la première fois à Gračanica le 25 novembre 2020, et mis en ligne sur YouTube le 21 février dernier. Appuyé sur des témoignages et tourné avec l’assistance de l’historien spécialiste de la Shoah Michael Berenbaum, la fiction met en scène l’itinéraire de Dara (Biljana Čekić), une petite fille serbe de dix ans déportée avec son petit frère dans le camp croate de Jasenovac, à la suite de l’offensive de la Kozara menée par les troupes de l’Axe en 1942. Pour la première fois, une œuvre destinée au grand public révèle l’ampleur du génocide des Serbes, des Juifs et des Roms mené par l’Etat indépendant de Croatie entre 1941 et 1945 et l’ultraviolence du camp de Jasenovac, où périrent plus de 83.000 victimes.

Le génocide oublié

La compréhension du système d’enjeux auquel s’adresse le film nécessite un rappel du contexte historique : en 1941, dans le sillage de l’invasion par la Wehrmacht du Royaume de Yougoslavie, le parti nazi croate « Oustachi » de l’avocat Ante Pavelic proclamait, l’État indépendant Croate (NDH). Sous la direction d’Ante Pavelic, premier ministre de 1941 à 1943 et poglavnik (guide) entre 1943 et 1945, l’entité collaborationniste entreprit par ses propres moyens un génocide systématique des Juifs, des Roms et des Serbes, qui constitue pourtant l’un des épisodes les plus violents de l’histoire de la Seconde guerre mondiale. Vis-à-vis des Juifs, les oustachis édictèrent une copie conforme des lois raciales national-socialistes : entre les mois d’avril...

Contenu disponible gratuitement

84 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...