opinionsGéopolitique

Petite nation encore fière, cherche désespérément un renouveau géopolitique

OPINION. En perte d’influence dans le concert des grandes nations, la France peut-elle retrouver sa grandeur et son indépendance d'antan ? Pour notre lecteur, c’est avant tout une question de volonté.

Petite nation encore fière, cherche désespérément un renouveau géopolitique


La France a totalement perdu de vue le cap gaulliste qui en matière de diplomatie refusait de voir le monde de manière manichéenne comme la seule réduction à l’affrontement est-ouest et qui avait poussé le général (sans trahir la fidélité de son alliance avec les USA), à savoir tisser des liens avec toutes les puissances, à tout le moins à dialoguer avec elles, quand bien même cela ne répondait pas aux injonctions imposées par les Américains à ses alliés, dont ils entendaient diriger la diplomatie en fonction de leurs intérêts.

On le voit désormais, on aime ou n’aime pas Poutine (dont la virilité slave et la pratique autoritaire du pouvoir heurtent notre entendement), mais c’est en dialoguant avec lui que la crise des migrants, que la lutte contre le terrorisme, et que des passerelles apaisantes dans les zones les plus tendues du monde peuvent être mises en œuvre. Et pourtant, ce dialogue qui ne signifierait pas un adoubement du locataire du Kremlin, ne veut pas se construire, pour ne pas déplaire outre atlantique. Car là où, depuis Obama, les Américains ont opté pour le repli isolationniste en termes de diplomatie, de l’Afrique au Moyen-Orient, les Russes et les Chinois se disputent le droit d’être désormais partie prenante, arbitres, conciliateurs dans des zones où se jouent de multiples enjeux cruciaux non seulement pour la France, mais pour tout le continent européen.

Sarkozy a lancé le bal, qui n’a cessé d’être reconduit depuis, celui d’une position de vassal inconditionnel des États-Unis, qui eux (cf. épisode des sous-marins australiens), ont une pratique beaucoup plus « pragmatique » de la fidélité avec leurs alliés quand leur business y trouve profit. Ce qu’on nomme « atlantisme » et qui caractérise cette vassalité est un courant politique ancien, qui a pris forme à la fin du...

Contenu disponible gratuitement

80 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi