opinionsFront Populaire & Compagnie

Suspension du démantèlement d’EDF : une victoire pour les souverainistes !

OPINION. Face à plusieurs mois de lutte, Emmanuel Macron a décidé fin juillet de suspendre temporairement le projet de démantèlement d’EDF. Ne nous y trompons pas, le découpage et la privatisation du Groupe énergétique français ne sont que partie remise. Une première bataille remportée pour le camp souverainiste.

Suspension du démantèlement d’EDF : une victoire pour les souverainistes !

Depuis quelques mois, le projet de démantèlement d’EDF (le projet « Hercule » devenu par la suite « Grand EDF ») avait du plomb dans l’aile. Il devenait peu probable que le projet passe en force avant l’élection présidentielle. Deux alternatives sont alors apparues. La première consistait à suspendre ou à abandonner la réforme, au moins jusqu’aux prochaines élections. La seconde consistait à valider, avant les élections présidentielles, tout ce qui était « acceptable » par les Français, et réserver la potion amère pour le lendemain de l’élection. Emmanuel Macron a préféré attendre son deuxième mandat.

Regardons le passé pour mieux comprendre l’avenir

Revenons aux origines. En 2015, la restructuration d’Areva est en cours. L’état oblige EDF à aider au sauvetage. En même temps, le chantier de Flamanville prend du retard. Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, initie le projet Hercule. Selon lui, le nucléaire doit être sorti de la bourse, devenir régulé avec une gouvernance indépendante d’EDF SA, comme la filiale RTE l’est aujourd’hui. Le reste de l’entreprise doit être privatisé pour lui donner les moyens d’investir et de se développer (à l’étranger). Cette idée lui a été soufflée par le directeur financier d’EDF, Thomas Piquemal. Début 2016, le gouvernement pousse l’entreprise EDF à lancer le projet Hinkley Point en Grande-Bretagne : le directeur financier d’EDF démissionne pour s’opposer à cette décision.

Le ministre devient président : Quelques mois après son élection, Emmanuel Macron lance le projet Hercule. On retrouve les grandes lignes du projet discuté quelques mois plus tôt, à ceci près qu’il n’est pas seulement question de privatiser EDF, mais de démanteler l’entreprise et, pourquoi pas, fusionner certaines activités avec ENGIE. Emmanuel Macron laisse le PDG d’EDF faire des propositions, mais les grandes lignes sont déjà bien dessinées.

La contestation : L’opposition au projet est importante. Là...

Contenu disponible gratuitement

82 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+