politiqueRichessesabonnés

Comment LVMH a fait espionner François Ruffin

22/04/2021

ARTICLE. Deux nouveaux rapports de police décrivent avec précision comment Bernard Squarcini, ex-directeur de la DGSI, opérant pour le compte du groupe LVMH de Bernard Arnault, a espionné entre décembre 2013 et octobre 2015 le futur député François Ruffin et son journal Fakir.

Comment LVMH a fait espionner François Ruffin

« Il m’a parlé de Ruffin, il est très stressé M. Arnault avec ça. »Voilà ce qu’on peut entendre dire « Karine X », secrétaire personnelle de Bernard Arnault (PDG de LVMH) dans les écoutes téléphoniques judiciaires relayées par Mediapart. À l’autre bout du fil : Bernard Squarcini, dit « le Squale ». Il est l’ancien Directeur de la surveillance du territoire de 2007 à 2008, puis de la Direction centrale du renseignement intérieur (devenue DGSI) entre 2008 et 2012 (nommé par Nicolas Sarkozy).

Selon le Canard enchaîné, le groupe LVMH de Bernard Arnault a déboursé 2,2 millions d’euros pour s’offrir les services de cet ancien des services de renseignement, à partir de 2013. Une coquette somme qui a été redistribué à hauteur de 450.000 euros à Hervé Séveno, ancien officier à la Division nationale anti-terroriste et à la Brigade financière, qui a lui-même chargé Jean-Charles Brisard, directeur d'une société de renseignement privée, de recruter des taupes pour infiltrer Fakir, le journal de François Ruffin.

Aux manettes, un ancien poids lourd de l’antiterrorisme

« J’ai trouvé la boîte qui a infiltré l’organisation, donc je suis en train de négocier tout ça, et on va faire un service personnalisé. » peut-on ainsi entendre dire Bernard Squarcini dans les écoutes téléphoniques. Effectivement, la société en question a engagé Albert F. pour 120.000 euros pour espionner Fakir. Parmi les opérations, filmer clandestinement la projection du documentaire de M. Ruffin « Merci patron ! », avant sa sortie, afin de préparer une riposte, ou, à défaut, une défense.

Malgré les pressions de LVMH sur les médias contrôlés par le groupe – voire une certaine « censure » dénoncé à l’époque par certains journalistes dont ceux du Parisien, – le documentaire « Merci patron ! » a été une grande réussite....

Contenu réservé aux abonnés

61 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+