politiqueGouvernement

Emmanuel Macron et le ministère de la parole

06/10/2020

ANALYSE. Depuis son élection, le Président de la République s’illustre par sa capacité à penser tout et son contraire et même à affirmer tout et son contraire. Récemment, il expliquait ainsi son absence de réaction suite à l’attentat devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : « Le Président n’a pas vocation à commenter, mais à agir » …

Emmanuel Macron et le ministère de la parole

Depuis le début de son quinquennat, le Président de la République s’illustre par sa capacité à penser tout et son contraire et même à affirmer tout et son contraire. Dernièrement le chef de l’Etat a su se faire remarquer par l’absence de réaction suite à l’attentat devant les anciens locaux de Charlie Hebdo au simple motif que « Le Président n’a pas vocation à commenter, mais à agir » …

Comme c’est facile.

Comme il est facile de prétendre regarder l’actualité avec hauteur et intelligence pour ne pas réagir aux évènements sur lesquels nous ne sommes pas à l’aise. Vendredi à la mi-journée quand la France apprend qu’une attaque a eu lieu devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, elle est saisie par les douloureux souvenirs. Jean Castex, Premier ministre, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et le Garde des Sceaux, Eric Dupond Moretti jouent leurs partitions comme il se doit. Malgré une impression lassante de déjà vu, un lyrisme agaçant et un faux ton autoritaire, l’essentiel était là : la communication politique montrait que le gouvernement ne comptait pas se laisser faire.

Seulement un homme d’Etat, et pas des moindres n’a même pas fait semblant de communiquer, ni même de réagir, ni même de s’émouvoir. C’est le Président de la République en personne. Pas un tweet, pas un communiqué, pas une courte prise de parole, rien.

Quel est ce pays où le Président de la République ne s’adresse pas à ses concitoyens le jour d’un attentat ? Non parce que l’idée du chef de l’Etat selon laquelle ce dernier n’a pas vocation à commenter mais à agir, aurait du sens si dans la même semaine il n’avait pas pris le temps de saluer le départ de la scène de Juliette Gréco, d’incarner le sentiment de honte envers les dirigeants libanais...

Contenu disponible gratuitement

77 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi