politiqueSondageabonnés

Faut-il interdire les sondages avant les élections ?

06/06/2021

DÉBAT. Nous sommes en permanence bombardés de sondages. De semaine en semaine, de jour en jour, le moindre frémissement d’un pourcentage d’intention de votes pour la prochaine élection est scruté à la loupe par la presse. Au point d’influencer nos comportements électoraux ? C’est le débat de ce dimanche.

Faut-il interdire les sondages avant les élections ?

Mesure neutre, scientifique, liberté de recevoir et de communiquer des informations, ou orientation de l’opinion publique ? Malheureusement sans doute les deux à la fois. Les sondages électoraux – ou sondages d’opinion – sont la source de débats virulents sur le plan tant politique que juridique. Leur importance toujours grandissante a même mené à la création, en 1977, d’un organisme public chargé de les encadrer : la Commission des sondages.

Des sondages, encore des sondages

Dans son dernier rapport en date, la Commission des sondages souligne l’inflation du nombre de sondages depuis 1981. En particulier, en ce qui concerne les élections présidentielles de 2002, 2007 et 2012, la Commission dénombre respectivement 193, 293 et 409 sondages d’opinion. Pour les présidentielles de 2017, record historique : 560 sondages ont été réalisés ! Une vieille tendance qui avait fait dire à Alfred Max, co-fondateur de l’IFOP, que la Vème République était la République des sondages.

Conscient de leur intérêt, François Mitterrand en avait fait grand usage pendant sa présidence, via Jean-Marc Lech, directeur de l’Ipsos. Nicolas Sarkozy, lui aussi, s’y était largement intéressé par le biais de Politifact et de l’Ipsos, commettant la fameuse « affaire des sondages de l’Élysée » pour laquelle il est soupçonné de faits de favoritisme et de détournements de fonds publics.

Les désavantages des sondages

Pour le sociologue Patrick Champagne, auteur de Faire l'opinion. Le nouveau jeu politique, les instituts de sondage ne sont ni plus ni moins que des « faiseurs d’opinion » car ils contribuent à dicter l’agenda politique par l’orientation de leurs questions. Par ailleurs, les sondages sont régulièrement accusés de manquer de transparence, de ne pas être impartiaux ou d’avoir une marge d’erreur trop grande.

En effet, à voir certains sondages, d’ailleurs pas forcément politiques, on peut penser que le...

Contenu réservé aux abonnés

71 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi