politiqueVeranabonnés

La Macronie défend sans vergogne la politique vaccinale de l’UE

31/08/2021

ARTICLE. Dans une tribune publiée ce lundi 30 août par Les Échos, trois ministres (Clément Beaune, Agnès Pannier-Runacher et Olivier Véran) osent l’inconcevable: défendre la politique vaccinale de l’Union européenne telle qu'elle a été menée depuis l'apparition du covid. Une tribune ubuesque qui contredit jusqu’aux déclarations gouvernementales datant de moins de six mois!

La Macronie défend sans vergogne la politique vaccinale de l’UE

Il fallait vraiment n’avoir peur de rien pour oser publier de telles contre-vérités. Dans une tribune diffusée sur Les Échos ce lundi 30 août, le ministre de la santé Olivier Véran, la ministre déléguée chargée de l’industrie, Agnès Pannier-Runacher, et enfin Clément Beaune, le secrétaire d’État chargé des affaires européennes vantent les mérites de l’Union européenne. Le sujet? La campagne vaccinale européenne serait un brillant «succès».

La tribune débute fort: «Au début de la campagne de vaccination, les critiques se sont déchaînées contre les gouvernements européens et singulièrement contre l’Union européenne. Trop lents, trop naïfs…»; pour conclure la phrase sur: « Neuf mois après, alors que le monde et l’Europe affrontent un nouveau variant, que l’épidémie est encore là, mais que l’arme décisive du vaccin est entre nos mains, nous voyons que le choix européen était le bon». L’objectif est clair et assumé: faire oublier, ou tout du moins minimiser, la lenteur et les égarements européens (on pourrait ajouter «français») de début 2021.

Lenteur et égarements européens totalement niés

«A-t-on perdu du temps en procédures bruxelloises inutiles? Rien ne l’atteste», affirment les auteurs. Une telle audace prêterait à sourire, tant ce postulat est factuellement faux. Stéphane Bancel, patron de Moderna expliquait le 3 février 2021 au Monde l’incurie européenne: «Dans certains pays développés, les gouvernements ont mis quinze jours entre la première discussion et la signature (d’un contrat). J’ai eu mes premières discussions avec l’Europe au printemps.» Le contrat sera finalement signé le 25 novembre 2020.

Et Moderna n’est pas la seule à se plaindre: en avril 2021, lassée par la lourdeur administrative de l’Union européenne et après plus de 6 mois de négociations, l’entreprise Valneva a jeté l’éponge et a abandonné les négociations avec Bruxelles. Finalement, elle s’est concentrée sur des...

Contenu réservé aux abonnés

69 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+