politiqueJusticeabonnés

Prisons : Dupond-Moretti navigue entre idéologie et corporatisme

09/03/2021

ARTICLE. Le garde des Sceaux a annoncé hier, dans le cadre du projet de loi sur la réforme de la justice, la création d’un statut de « détenu travailleur » et la suppression des crédits de remise de peine. Les positions ambivalentes du ministre sont révélatrices du « en même temps » macronien.

Prisons : Dupond-Moretti navigue entre idéologie et corporatisme

Hier, à l’issue d’un reportage de la chaîne M6 sur les prisons françaises, le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti a annoncé vouloir, dans le cadre de son projet de loi « pour la confiance dans l’institution judiciaire », créer un statut de « détenu travailleur ». Selon lui, il s’agit de mettre en place « un contrat de travail » qui fera qu’« il n’y aura plus qu’un seul système de réduction de peines fondé sur l’effort (…) l’idée c’est pas de diminuer les réductions de peine [mais de privilégier ceux qui font les efforts] ».

Pour Éric Dupond-Moretti, il faut sensibiliser les détenus à « l’effort », au travail. Rassurons les prisonniers, l’avocat Dupond-Moretti a une définition très large et très inclusive de l’effort : « ça peut être apprendre à lire, ça peut être se soigner, ça peut être travailler, déjà ça c’est un effort ». En plus d’une clémence sur le système de peines, le « travail » va ouvrir des droits pour les prisonniers comme « le droit au chômage et le droit à la retraite ».

« Il ne peut pas y avoir de décalage entre la prison et le reste de la société, ou alors on considère que la prison est une société à part ». Cette phrase, résume bien à elle seule, l’idéologie du garde des Sceaux. Le 3 mars déjà, sur France Inter, il disait : « dans la conception que j’ai de la prison, en dépit du fait que la prison soit séparée de la société par des murs d’enceintes, c’est la société ».

Faisons une confidence à « Acquittator » : oui il doit y avoir un décalage entre la prison et le reste de la société, sinon, il n’y a plus de prison, il...

Contenu réservé aux abonnés

61 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi