politiqueElection présidentielleabonnés

Socialist Park

CARNETS DE CAMPAGNE. Candidate du Parti socialiste à l’élection présidentielle de 2022, Anne Hidalgo entend devenir la « présidente du progrès social ». Une belle carte à jouer pour les vieux dinosaures « socialistes » qui sont les derniers à ne pas avoir été avertis que leur parti n’existait plus. Bienvenue à Socialist Park.

Socialist Park


Le lecteur attentif se souvient certainement que nous avions quitté le Parti socialiste à ce moment du récit où, atomisé par le cours de l’Histoire avec sa grande hache, il s’était dispersé en minuscules particules au plus lointain de la stratosphère. Quelques-unes de ces particules toutefois étaient parvenues à demeurer plus ou moins accidentellement en surface de la Terre, soit protégées pour la mémoire des générations futures, exposées aux côtés des plus impressionnants mammouths du Museum d’Histoire naturelle, ou près des figures d’autrefois du Musée Grévin ou encore, murmurait-on, du côté de l’Institut du Monde Arabe sur lequel régnait quelqu’inusable créature -rare témoignage de l’existence du Parti socialiste depuis l’époque de pléistocène-, soit enfin en tentant courageusement, vaille que vaille, de se fondre dans le Nouveau Monde dur et cruel qui avait succédé à son règne éteint par le surgissement de la fatale météorite macronienne. Paris faisait office, de ce point de vue, de Jurassic Park du socialisme disparu.

Dirigée d’une main bizarre par celle que la Légende surnommait désormais la Dame aux Rats (ou encore, selon le précieux grimoire du facétieux Philippe Conte, la Reine des Rats), la Ville Lumière, capitale et symbole de ce qui fut autrefois la France, rayonnant à travers le monde, s’était transmutée en une sorte de Cloaca Maxima infestée d’animaux désormais qualifiés par certains écologistes (amis de ladite Dame) de « liminaires » (et non de nuisibles) avec lesquels il convenait d’apprendre à vivre, une fois qu’on avait acquis les rudiments du langage complexe des puces de lit.

Du reste, les Parisiens et touristes n’avaient guère le choix puisque les rongeurs étaient partout. L’insalubrité, la saleté, l’insécurité semblaient n’avoir plus de limites tandis que les édiles se livraient à des expérimentations surprenantes en matière d’esthétique et de logistique urbaines sous forme de végétalisation sans...

Contenu réservé aux abonnés

79 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+