politiqueEELVabonnés

Sonia Mabrouk à Sandrine Rousseau : « Vous n’allez pas me jeter un sort ? »

01/09/2021

ARTICLE. La candidate à la primaire EELV Sandrine Rousseau a été malmenée par les questions de Sonia Mabrouk lors de la matinale d’Europe 1 ce mercredi 1er septembre. Interrogée dans le cadre de l’interview politique, la candidate écolo s’est embourbée dans sa propre vision du monde, peinant à camoufler ses contradictions.

Sonia Mabrouk à Sandrine Rousseau : « Vous n’allez pas me jeter un sort ? »

Décidément, on n’arrête plus Sandrine Rousseau qui enchaîne polémique sur polémique. La candidate à la primaire d’EELV était interrogée par Sonia Mabrouk ce mercredi 1er septembre, dans le cadre de l’interview politique sur Europe 1. Amenée à revenir sur les nombreuses polémiques suscitées par ses dernières déclarations, Sandrine Rousseau a tenté de se justifier. A-t-elle convaincu les auditeurs? Une chose est sûre: elle n’a pas convaincu Sonia Mabrouk.

Chaque question de Sonia Mabrouk a été autant de coups assénés à la vice-présidente de l’Université de Lille dont la stratégie électoraliste est désormais encore plus claire. Chantre de l’écoféminisme, Sandrine Rousseau s’est à nouveau faite le porte-voix des thèses woke d’ultra-gauche.

Interrogée sur les zones de non droits à Marseille révélées par la presse cette semaine et les nombreux check-points de trafiquants, elle commence par nier leur existence: «Je suis allé dans les quartiers nord, je n’ai pas vu check-point », ajoutant « il y a aussi une espèce de surenchère sur la sécurité à Marseille

Alors que l’échange se déporte naturellement sur la question du trafic, Sandrine Rousseau ose des euphémismes assez significatifs de son logiciel de pensée: «Aujourd’hui, on prend les gamins qui sont en bas des immeubles et on les met en garde à vue. À l’instant où ils sont en garde à vue, un autre gamin prend leur place ». «Gamin», un terme bien innocent pour qualifier des délinquants parfois lourdement armés. Mais pour la candidate EELV, l’important c’est avant tout de «ne pas aller en bas de l’échelle de la drogue», mais «s’adresser au cœur du trafic international». Les grands cartels ne votent pas en France, contrairement aux «gamins»!

Du sexisme des talibans

Interrogée ensuite sur ses déclarations à propos de l’Afghanistan  tenues le 25 août sur BFM(ndlr:...

Contenu réservé aux abonnés

72 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+