sociétéDémographie

Baby-boom ou baby-krach ? Penser la démographie à l’heure du Covid

OPINION. La forte baisse de la natalité constatée en début d’année est le prolongement d’un phénomène qui court depuis longtemps. Trop souvent laissé dans l’ombre des politiques publiques, le déclin démographique est pourtant l’un des défis majeurs de notre société.

Baby-boom ou baby-krach ? Penser la démographie à l’heure du Covid

Fin février 2021, l’information tombe : Les naissances ont baissé de 13% en janvier 2021 par rapport à janvier 2020. Il s’agit d’une chute inédite depuis 1975. Et dire qu’il avait été envisagé un baby-boom à la suite du confinement de mars 2020, comme après la fameuse panne d’électricité à New-York en 1965 ! C’est tout le contraire qui s’est produit.

Dans un premier temps, l’information n’est guère reprise, encore moins commentée ni analysée. Et on se retrouve bien vite confronté à l’avalanche quotidienne des chiffres du Covid et aux éternelles discussions sur le confinement, le couvre-feu… Pourtant, il y aurait tant à dire sur les causes et les conséquences de la dénatalité ! On aboutirait à la question essentielle : est-il possible et souhaitable de retrouver un dynamisme démographique ?

L’heure du constat

Il y a évidemment des causes conjoncturelles, à savoir la pandémie du Covid : confinement, incertitude économique et sociale, hystérie collective contre le virus, ambiance extraordinairement anxiogène… Tout se conjugue pour expliquer l’effondrement de la natalité, et les effets s’en feront sentir au moins en 2021 et sans doute bien au-delà.

Mais la chute des naissances remonte aux années 70. Elle est constante, avec quelques remontées sporadiques, jusqu’à aboutir à 696 000 naissances en 2020 : le chiffre le plus bas depuis 1945. Voici les chiffres pour la France métropolitaine, relevés dans Wikipédia :

La chute a connu une accélération ces 10 dernières années, avec 100 000 naissances en moins depuis 2010. Le plus frappant est de constater parallèlement l’augmentation considérable de la population depuis 1945 : 60% !

L’INED (Institut national des études démographiques) devrait tirer la sonnette d’alarme, cet organisme étant chargé depuis 1945 d’étudier les moyens matériels et moraux pouvant contribuer à l’accroissement quantitatif et l’amélioration qualitative de la population, et d’assurer la...

Contenu disponible gratuitement

82 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi