sociétéMacronieabonnés

Didier Lallement, l’éborgneur zélé de la Macronie, fait ses valises

12/07/2022

ARTICLE. Le préfet de Paris Didier Lallement devrait quitter ses fonctions d’ici la fin de ce mois de juillet. Il laissera l’image d’un homme implacable et retors, grand artisan de la répression violente du mouvement des Gilets jaunes. Entre autres casseroles.

Didier Lallement, l’éborgneur zélé de la Macronie, fait ses valises


Il semblait pourtant être devenu l’un des indéboulonnables de la Macronie, vissé sous sa casquette trop grande pour lui. Mais le plus célèbre préfet de France va bientôt quitter ses fonctions. Didier Lallement, rattaché à Paris depuis le 21 mars 2019 devrait être remplacé sous peu. D’après le Monde, le gouvernement devrait annoncer la fin de ses fonctions mercredi 20 juillet, à l’issue du conseil des ministres, sauf imprévu ou cas de force majeur.

S’agit-il d’une sanction visant à couronner l’ensemble de son œuvre ? Ce n’est pas garanti. D’une part, parce que le haut fonctionnaire a dépassé en août dernier la limite d’âge de 65 ans défini dans le corps préfectoral, ne voyant sa prolongation due qu’à une dérogation. Ensuite, parce que la durée de vie d’un préfet en poste en France dépasse rarement les trois ans. Dans le cas de Didier Lallement, qui est passé par la préfecture de l’Aisne, de la Saône-et-Loire, du Calvados et de la Gironde, il s’agit même d’une durée record. L’homme est préfet sans discontinuité depuis 2012.

Les occasions – et les raisons – de le remplacer ne manquaient pourtant pas, mais manifestement, rien ne paraissait pouvoir perturber le chemin de celui qui semblait indéboulonnable. Les Gilets jaunes s’en souviennent bien, eux qui portent encore pour certains les stigmates d’une répression policière qui est, rappelons-le, sans commune mesure depuis mai 68. Nommé à la préfecture de Paris en mars 2019 à la place de Michel Delpuech, jugé trop laxiste, le préfet Lallement a rapidement su imposer sa marque.

En novembre 2019, place de l’Italie, il croisait devant les caméras de BFMTV une dame se présentant comme habitante du 13e arrondissement. Un dialogue s’était alors instauré. « Comment ça se fait que vous n’arriviez pas à arrêter les Blacks blocs ? », avait-elle demandé, de façon pourtant courtoise. « Vous avez un joli gilet...

Contenu réservé aux abonnés

65 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+