sociétéIslamismeabonnés

Fadila Maaroufi : « La Belgique joue un rôle non négligeable dans l’accueil des islamistes »

26/10/2022

ENTRETIEN. Fin de non-recevoir pour le mandat d’arrêt européen émis par Paris contre Hassan Iquioussen. Ce vendredi 21 octobre, la justice belge a refusé d’extrader le prédicateur proche des Frères musulmans vers la France, où il est visé par une procédure d’expulsion. Co-fondatrice de l’Observatoire des fondamentalismes à Bruxelles, Fadila Maaroufi a répondu à nos questions.

Fadila Maaroufi : « La Belgique joue un rôle non négligeable dans l’accueil des islamistes »


Front Populaire : Les terroristes du Bataclan, l’islamiste Idriss Sihamedi, le CCIF, devenu le CCIE (Collectif contre l’islamophobie en Europe) après son interdiction dans l’Hexagone… Vu de France, la Belgique fait de plus en plus office de terre d’accueil pour l’islam politique. Comment l’expliquer ?

Fadila Maaroufi : À l’Observatoire des Fondamentalismes à Bruxelles, nous interpellons les pays européens car nous estimons que la Belgique joue un rôle non négligeable dans l’accueil des islamistes venus d’autres pays. Nous l’avons vu avec le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) qui, interdit en France, s’est installé sous le nom de CCIE (Collectif contre l’islamophobie en Europe) en Belgique, et qui continue d’agir. Dans Cachez cet islamisme : voile et laïcité à l’épreuve de la cancel culture, ouvrage sous la direction de Florence Bergeaud-Blackler, nous décrivons les enjeux et la place de l’islamisme au sein des institutions belges.

Bruxelles est un lieu stratégique en raison des institutions de l’Union européenne qui s'y trouvent et de tous les lobbies qui y officient ; les islamistes l’ont compris depuis longtemps. En Belgique, ils peuvent compter sur l’appui de plusieurs partis politiques puisque le vote musulman est devenu un enjeu primordial, tout particulièrement à Bruxelles. En 2024 auront lieu les élections communales, régionales, fédérales et européennes, et déjà, on sent monter les tensions.


FP : Le jeu du chat et de la souris entre Hassan Iquioussen et le gouvernement – Gérald Darmanin en tête – fait couler beaucoup d’encre depuis cet été. Que penser de la gestion par la France de ce dossier, et de sa médiatisation ?

FM : Je pense que la décision du ministre Gérald Darmanin vis-à-vis d’Hassan Iquioussen est à saluer, mais il y a un vrai travail qui devrait être fait sur l’islamisme et les stratégies à utiliser pour le...

Contenu réservé aux abonnés

71 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi