sociétéEducation nationaleabonnés

Faut-il recruter les professeurs autrement ?

08/09/2021

DÉBAT. Face à la pénurie de professeurs, le système actuel peine à inciter les jeunes générations à rejoindre les rangs de l’Éducation nationale. Faut-il repenser le système de recrutement de nos enseignants ? C’est le débat de ce mercredi.

Faut-il recruter les professeurs autrement ?

Dans son discours prononcé le 2 septembre depuis le Pharo à Marseille, Emmanuel Macron a insisté sur le fait de « pouvoir d’abord choisir les enseignants, pour être sûr qu’ils sont pleinement motivés, qu’ils adhèrent au projet ». Si l’annonce n’a pas manqué de déclencher la colère des syndicats d’enseignants s’opposant à un système de recrutement dit de « postes à profil » et à la logique entreprenariale sous-jacente à la proposition du président, il aura eu le mérite de relancer l’épineuse question du recrutement des professeurs.

De quoi parle-t-on ?

Dans le fonctionnement de l’école républicaine, les bons points ne sont pas distribués qu’aux écoliers. Tout au long de leur carrière, les enseignants font l’objet d’un barème, leur permettant d’améliorer leurs chances de rejoindre l’établissement de leur préférence. Un système qui peut rapidement montrer ses limites, entre sur-mobilité subie par les jeunes professeurs, et sous-mobilité des plus expérimentés. Derrière les abords égalitaristes de ce système, risque bien de se cacher une fabrique à inégalités. Au risque de dissuader les jeunes générations de rejoindre les rangs de l’Éducation nationale.

Faudrait-il donner aux principaux des collèges, comme aux proviseurs des lycées, le soin de recruter les enseignants sur la base d’un entretien ? La pratique existe déjà, bien qu’elle soit pour l’instant marginale. Une telle mesure aurait pourtant le mérite de dissoudre l’écart générationnel entre les enseignants, tout en assurant de donner plus de cohérence au projet pédagogique de l’établissement. Mais face à ce projet, d’aucuns dénoncent l’introduction de méthodes managériales relevant du privé, en rupture avec les valeurs de l’école républicaine.

De l’arbitraire au favoritisme ?

En favorisant un mode de recrutement des enseignants qui échapperait à ce que l’on appelle le « mouvement », le barème lié principalement à l’ancienneté, le recrutement se risque au danger de l’opacité. S’il...

Contenu réservé aux abonnés

74 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+