sociétéEcologie

L’éolien : adversaire de la souveraineté française

OPINION. Le gouvernement a décidé l’année dernière de multiplier par deux l’éolien terrestre d’ici 2028. L’association Action Écologie* alerte sur la menace pour notre souveraineté que constitue cette source d’énergie, qui n’est pas si écologique que cela...

L’éolien : adversaire de la souveraineté française

Aujourd’hui, l’éolienne est devenue la colonne principale de la stratégie énergétique européenne qu’Ursula Von der Leyen nomme le « pacte vert européen ». L’objectif de la Commission européenne, repris par le gouvernement français, est simple : faire du vent le « pilier de la production d’électricité en Europe ». Barbara Pompili souhaite ainsi « que chaque territoire prenne sa part », au mépris des enjeux écologiques véritables, de la souveraineté de notre industrie et de l’impact sur nos paysages.

La politique éolienne de la France n’est pas menée directement par l’État français, mais elle est voulue par l’Union européenne. La Commission européenne estime ainsi que « près de 800 milliards d’euros seront nécessaires d’ici à 2050 » afin de porter la capacité du continent à produire de l’énergie éolienne, de 12 GW actuellement à 300 GW d’ici 2050. Si cette politique peut sembler convenir à certains pays européens dont l’indépendance énergétique est loin d’être acquise, ces choix stratégiques industriels décidés par la technocratie bruxelloise ne correspondent en aucun cas aux intérêts de la France. Ainsi, l’éolienne semble être un nouvel étalage du centralisme bruxellois, insensible aux particularismes nationaux. Si la gestion des éoliennes est une mission d’EDF, la majorité des composants nécessaires à sa construction n’est pas française.

En effet, en 2017, ce sont les Danois Vestas et les Allemands Enercon qui ont remporté la grande majorité du marché éolien français. La part des entreprises allemandes sur ce marché dans l’hexagone atteint même près de 60 % du marché français. La mise en avant de l’éolien dans notre mix énergétique n’est donc en aucun cas cohérente au sein d’une politique industrielle nationale assumée. La France se doit de créer ou utiliser une chaîne de valeur énergétique indépendante et sûre.

De plus, un des éléments fondamentaux de la construction...

Contenu disponible gratuitement

46 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi