culturewokeabonnés

Les Rouennais disent non à la « cancel culture »

14/12/2021

ARTICLE. La statue de Napoléon, en cours de restauration, retournera sur la place de l’hôtel de ville de Rouen : c’est ce qu’ont décidé 68 % des Rouennais qui ont participé au vote en ligne organisé par la mairie intitulé « Et si on statuait ? »

Les Rouennais disent non à la « cancel culture »


La statue de Napoléon rouennaise retournera bien à son emplacement original. C’est ce qu’ont décidé les Rouennais dans un vote en ligne municipal organisé du 6 au 8 décembre et dont les résultats ont été dévoilés ce lundi 13 décembre. Très exactement, sur les 3502 réponses prises en compte, ils sont 68 % à répondre favorablement à la question : la statue de Napoléon doit-elle revenir à sa place initiale ? Un pourcentage qui ne laisse que peu de place aux interprétations.

Seuls 38,6 % sont « favorables au retour de Napoléon avec une place faite à l’expression féminine sur l’espace public ». Un camouflet infligé au maire (PS) de Rouen, Nicolas Mayer-Rossignol, nouvellement élu en 2020 : l’édile voulait profiter de la restauration de la statue de Napoléon à la ​​fonderie Coubertin pour questionner sa relocalisation. Ainsi privé de l’empereur, Rouen aurait pu offrir une place de choix à une figure féminine. Sur Twitter, il s’était exclamé en septembre 2020 : « Il serait formidable que Rouen soit la première ville de France à accueillir, place de la Mairie, une statue ou une œuvre d’art dédiée à Gisèle Halimi, figure de la lutte pour les droits des Femmes. Le débat est ouvert ! »

S’il n’était pas question de se débarrasser de l’encombrant Bonaparte, le souhait de l’élu était de déplacer la statue équestre ailleurs dans la ville. Pour la nouvelle municipalité, il fallait offrir plus de place à la représentation des femmes dans l’espace public. Ce vote participatif n’était que la première pierre d’un projet plus global. « Je souhaite ouvrir le débat pour travailler sur la mémoire de notre ville : autour des femmes, de l’histoire ouvrière, de l’esclavage », expliquait sur le site normand de 76 Actu Laura Slimani, adjointe au maire chargée de la...

Contenu réservé aux abonnés

48 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi