economieUbérisationabonnés

Un million d’entreprises créées en 2021 : une nouvelle arnaque macronienne

20/01/2022

ARTICLE. Bruno le Maire, ministre de l’Économie s’est vanté d’un record historique : en 2021, la France aurait créé plus d’un million d’entreprises en 2021. Mais à y regarder de plus près, ce chiffre est loin d’être aussi impressionnant qu’il en a l’air…

Un million d’entreprises créées en 2021 : une nouvelle arnaque macronienne


Cocorico chez LREM ! Le lundi 17 janvier, Bruno Le Maire sort le clairon et se félicite sans retenue d’« un record tout simplement historique ». Lequel ?  La création d’un million d’entreprises en 2021 en France. Ce chiffre – ô combien – symbolique a été relayé en masse par la majorité macroniste et par ses soutiens, qui n’ont pas hésité à s’auto-congratuler de cet excellent résultat. Mais très vite, une petite musique contestatrice s’est fait entendre sur les réseaux sociaux. À y regarder de plus près, ce million d’entreprises créées masque une réalité un peu moins reluisante : l’explosion des microentreprises en France.

Dans son indicateur « créations d’entreprises » trimestriel et publié le 14 janvier, l’Insee distingue deux courbes : celles des créations d’entreprise, avec ou sans microentreprises. Et l’écart est colossal. Microentreprises exclues, le nombre de créations sur 4 trimestres glissants est de 354.300. C’est certes plus qu’en 2016 (autour de 268.000), mais ce résultat est comparable à celui de 2008, à savoir 338.900. Nous sommes donc bien loin d’un succès « historique », en somme. En revanche, le nombre de micro-entrepreneurs explose, passant de 314 000 fin 2017 à 641 000 en décembre 2021.

Sur ce point, rendons à Jupiter ce qui est à Jupiter. Emmanuel Macron voulait « libérer » le statut des autoentrepreneurs. Depuis la loi de Finances 2018, le plafond de chiffre d’affaires des autoentrepreneurs (ou micro-entrepreneurs) a doublé, et les trois premières années d’activité sont partiellement exonérées de cotisations sociales depuis janvier 2019. Pour autant, le statut de micro-entrepreneur est le cache-misère d’une précarité en augmentation et qui ne dit pas son nom.

Précarité et opacité

Une étude de l’Insee datant de 2019 sur le « revenu d’activité moyen des non-salariés » a permis une cartographie de l’état de l’auto-entreprenariat. Fin 2019,...

Contenu réservé aux abonnés

46 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi