InternationalUSA

En soutenant aveuglément Joe Biden, la gauche française signe sa propre trahison intellectuelle

11/02/2021

OPINION. Alors que Donald Trump fait face cette semaine à son deuxième procès en destitution suite à la prise du Capitole, Roland Hureaux revient sur la stérile et manichéenne adoration d’une partie de la gauche française pour Joe Biden.

En soutenant aveuglément Joe Biden, la gauche française signe sa propre trahison intellectuelle

Comment peut-on prétendre que la défaite de Trump à l’élection présidentielle américaine est une grande victoire de la gauche, de la démocratie et pourquoi pas du peuple ? C’est pourtant ce qui fait aujourd’hui consensus dans la gauche française.

Comment ne pas voir qu’une telle affirmation est stupéfiante d’absurdité si l’on se réfère aux fondamentaux de la gauche historique : la paix contre la guerre, les petits contre les gros, l’égalité conte l’inégalité, la démocratie contre tout ce qui peut en réduire le champ.

Commençons par quelques rappels de sociologie électorale. Aux Etats-Unis où le phénomène bobo (bourgeoisie bohême, soi-disant libérale) a plus d’ampleur que chez nous, les présidentielles ayant montré un vote de classe particulièrement tranché. Sur l’échelle des revenus, la partie supérieure vote Biden, la partie inférieure vote Trump. Les noirs faisaient exception : républicains au temps Lincoln, ils étaient devenus démocrates sous Kennedy, et encore plus sous Obama. Ils ont été sensiblement plus nombreux, cette fois, comme les hispaniques, à voter Trump, cela pour des raisons essentiellement économiques : en bloquant les frontières, Trump a multiplié et revalorisé les emplois peu qualifiés. Personne, dit-on, dans l‘histoire des Etats-Unis n’avait fait autant que lui pour l’emploi des minorités ethniques ! Sur le plan géographique, c’est la même chose : les grandes métropoles (New York, Chicago, Los Angeles, San Francisco) ont voté Biden, et l’Amérique périphérique, souvent pauvre, pour reprendre la formule du géographe du géographe Christophe Guilluy, les petites villes du Middle West, les régions industrielles en déclin, les campagnes, a voté Trump.

Les cinquante plus grosses fortunes des États-Unis dont Bill Gates, George Soros, les patrons des Gafa, Zuckerberg, Dorsey et Bezos en tête ont presque toutes soutenu Biden.

Parlons maintenant guerre et paix. Les imbéciles voient Trump comme un homme de guerre, une réincarnation des dictateurs...

Contenu disponible gratuitement

65 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+