Internationalénergies fossiles

Le Royaume-Uni ne financera plus les énergies fossiles à l'étranger

16/12/2020

Article. Le premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, a confirmé lors du sommet virtuel sur le climat de l’ONU la cessation du financement des exploitations d’énergies fossiles à l’étranger, une décision historique.

Le Royaume-Uni ne financera plus les énergies fossiles à l'étranger

Au cours des quatre dernières années, le Royaume-Uni a soutenu plus de 20 milliards d’euros d'exportations de pétrole et de gaz. Mais lors du sommet pour le climat des Nations unies qui s’est tenu le 12 décembre dernier, le premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, a affirmé que son pays cessera de soutenir financièrement « dès que possible » les projets à l'étranger d'énergies fossiles, et ce alors que l'Accord de Paris vient de fêter ses cinq ans.

Qualifiant le changement climatique de « grand défi mondial de notre époque », le dirigeant conservateur a assuré qu’ « en prenant aujourd’hui des mesures ambitieuses et décisives, nous créerons les emplois de demain, nous favoriserons la reprise après l’épidémie de coronavirus et nous protégerons notre belle planète pour les générations à venir ». Une décision rapidement saluée par Greenpeace UK, qui a appelé le pays à « amorcer une transition s'éloignant de la production de pétrole et de gaz au Royaume-Uni et en mer du Nord, tout en aidant les travailleurs touchés à faire une transition vers des emplois verts».

L’annonce de cette décision majeure intervient quelques semaines après la révélation par 18 ONG mondiales des 1 600 milliards de dollars investis par les entreprises et banques mondiales - parmi lesquels BlackRock, Vanguard, CitiGroup, Bank of America et JPMorgan Chase-  dans dans les énergies fossiles entre 2016 et 2020. Ces investissements vont générer à eux seuls 175 gigatonnes d’émissions de gaz à effets de serre, autrement dit 50% des émissions « autorisées » pour limiter le réchauffement climatique sous les 1,5°C.

Cette décision concernant les énergies fossiles fait partie du plan de Boris Johnson pour une « révolution industrielle verte », qui devrait générer la création de 250 000 emplois d’ici 2030 et réduire de façon significative les émissions dans trois secteurs capitaux : l’énergie, le transport et le bâtiment. Un...

Contenu disponible gratuitement

33 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+