opinionsCriminalité

Crack à Paris : peut-on mener la guerre à la drogue ? (partie 1)

OPINION. Phénomène tristement connu aux États-Unis, le crack se répand de plus en plus, notamment dans le Nord-Est parisien. Une patate chaude que se refilent les autorités sans savoir comment l’affronter.

Crack à Paris : peut-on mener la guerre à la drogue ? (partie 1)


C’était il y a un an, à quelques jours près, mais personne ne s’en souvient : la virée crépusculaire d’Anne Hidalgo au cœur du Crackistan parisien le 21 septembre 2021. Il faut dire que l’opération tenait de la politique taille minus. Quelques semaines plus tôt, l’expulsion manu militari des toxicomanes des jardins d’Éole avait disséminé le malheur dans tout le quartier, notamment dans la rue Riquet devenue depuis lors invivable. À n’importe quelle heure du jour et de la nuit, dealers et toxicos s’y livraient à leurs affaires mortifères, faites de bagarres, d’injures et de mendicité agressive, sans compter les types, pantalons aux chevilles, qui se masturbaient sur les trottoirs à la vue de tous, ou les dingos en manque qui hurlaient sans raison après des pigeons apeurés. En réalité, c’est tout le quartier qui était devenu l’antichambre de l’Enfer.

Femme politique aguerrie, Anne Hidalgo connaissait le caractère imprévisible et inéluctable de ces tragédies que nous appelons « faits divers » par goût des euphémismes. Vu la tension qui régnait dans le quartier, ce n’était qu’une question de temps — et encore de pas beaucoup de temps — avant qu’un camé ne pousse une mère de famille sous les roues d’un bus ou qu’un riverain, au bout de ses nuits sans sommeil, ne fracasse le crâne d’un toxico d’un violent coup de marteau. Le fameux « mort de trop », adossé au célèbre « plus jamais ça », déchaînerait alors les passions ridicules des réseaux sociaux et occuperait, pendant quelques heures au moins, les bandeaux d’information continue des chaînes de télévision. L’émotion populaire métastasée en colère légitime orienterait alors les sondages d’opinion à la baisse. Et c’était bien la dernière chose dont la maire de Paris avait besoin, elle qui était alors à quelques semaines du lancement de sa campagne...

Contenu disponible gratuitement

68 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...