opinionsDrogues

Crack à Paris : peut-on mener la guerre à la drogue ? (partie 3)

OPINION. Phénomène tristement connu aux États-Unis, le crack se répand de plus en plus, notamment dans le Nord-Est parisien. Une patate chaude que se refilent les autorités sans savoir comment l’affronter.

1ère partie
2ème partie

Crack à Paris : peut-on mener la guerre à la drogue ? (partie 3)


Après avoir fait l’état des lieux du problème du crack à Paris et la généalogie du problème américain, nous chercherons, dans cette dernière partie, à analyser la réponse des autorités américaines et les leçons que la France pourrait en tirer.

Comme souvent en temps de crise, la réponse des pouvoirs publics est à la fois dérisoire et excessive.

Côté dérisoire, la Maison-Blanche convoque le ban et l’arrière-ban des stars du showbiz pour plaider la bonne cause à la télévision. « La drogue, c’est de la merde ! »affirment-ils la main sur le cœur et la bouche en cul de poule. À la télévision, Nancy Reagan, la Première dame joue la carte du, mais-c’est pourtant-simple, et affirme que « si on vous propose de la drogue, les enfants, dites simplement non ». À se demander pourquoi on n’y avait pas pensé avant.

Côté excès, la Chambre des représentants et le Sénat américains votent la « loi contre l’abus de drogue » (anti- drug abuse act) qui instaure un ratio délirant dans les condamnations pour détention de produits stupéfiants. Ainsi, un type découvert en possession d'un gramme de crack se voit condamné aussi sévèrement que s’il était trouvé avec 100 grammes de coke. Avec cette loi, les prisons fédérales font le plein de paumés qui n’ont rien à y faire, alors que la mort d’une jeune recrue de la police de New York va imposer un nouveau tour de vis législatif.

2 h du matin, 26 février 1988. Edward « Eddie » Byrne, 22 ans, planque aux abords du domicile d’un témoin menacé par des délinquants du coin. Seul dans sa voiture de police blanche et bleue, Eddie lutte contre le sommeil, les yeux fixés sur le bâtiment qu’on lui a demandé de surveiller. À 3 h 30 du matin,...

Contenu disponible gratuitement

81 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi