opinionsCovid-19

Faut-il instaurer un « pass sanitaire » ?

28/02/2021

DÉBAT. Passeport vaccinal, badge vert, pass sanitaire… les termes fusent et les discussions vont bon train pour décider du meilleur moyen de lever les restrictions sanitaires dues à la pandémie de COVID-19. Alors que certains pays ont déjà pris leur décision, l’UE ne sait pas sur quel pied danser. Faut-il instaurer un passeport vaccinal ? C’est le débat de ce dimanche.

Faut-il instaurer un « pass sanitaire » ?

C’est le débat du moment qui agite les hautes sphères politiques européennes. Faut-il instaurer le système du passeport vaccinal afin de sortir de la crise sanitaire et relancer les activités culturelles, économiques et sociales ?

Certains pays ont en tous cas déjà sauté le pas. Par exemple, Israël permet aux personnes détentrices du « passeport vert » d’accéder aux centres commerciaux, aux hôtels, ou aux salles de sports. En Europe, l’Islande est le premier pays à avoir lancé des « certificats de vaccination ». Selon France 24, plusieurs pays devraient lui emboîter le pas comme « la Grèce, Chypre, la République tchèque, le Danemark, l'Estonie, la Hongrie, l'Italie, le Portugal, la Slovaquie, l'Espagne, et la Suède » ; même si l’UE aimerait convenir d’une solution commune afin d’harmoniser les mesures sanitaires à l’échelle des 27.

À l’issue d’une première visioconférence avec les dirigeants de l’UE, Emmanuel Macron a émis des réserves sur la mise en place d’un passeport vaccinal visant à limiter les activités et certains déplacements aux seules personnes vaccinées. Selon lui, « si on arrive à rouvrir certains lieux, nous ne saurions conditionner leur accès à une vaccination, alors même que nous n’aurions même pas ouvert la vaccination aux plus jeunes ».

À la place, le chef de l’État souhaite instaurer un « pass sanitaire », qui autoriserait non seulement les personnes vaccinées mais aussi les personnes testées négatives à la COVID-19 de se rendre au restaurant ou dans une salle de spectacle. Doit-on y voir une nouvelle preuve du « en-même temps » cher à la majorité ? Emmanuel Macron semble, de son propre aveu, marcher à tâtons sur le sujet : « [cela] va poser beaucoup de questions techniques, de respect des données individuelles, d'organisation de nos libertés ». Il s’agirait en outre...

Contenu disponible gratuitement

56 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+