opinionsGauche

La gauche et le déclin du courage

OPINION. Du Parti socialiste sous Lionel Jospin à La République en marche, en passant par La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon : les partis censés incarner tout ou partie des valeurs de gauche en ont abandonné l’essentiel… Principalement par manque de courage.

La gauche et le déclin du courage


Dès avant l’élection présidentielle, l’élite des gauches, ou ce qu’il en reste, avait tranché : pour sauver la République de la peste beige marine, elle a choisi le choléra ; elle a adoubé le candidat de l’extrême, un apprenti dictateur sans scrupules, un banquier cynique englué dans les « affaires », irresponsable et inconséquent. Plutôt que d’appeler à la mobilisation générale, à défendre la République en danger, elle renie ses valeurs et ses idéaux, s’allie aux puissants, abandonne les couches populaires, peu rentables politiquement et sans intérêts. Au nom de la raison, elle s’est convertie à la « démocratie de marché », devenue, avec « la fin de l’Histoire », l’horizon indépassable de la pensée. La gauche trahit parce que, à l’image de son temps, elle est tiède, faible et fade, sans envergure et sans relief. Ainsi François de La Rochefoucault écrit-il dans ses Maximes que « l’on fait plus...

Contenu disponible gratuitement

93 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi