opinionsWokisme

L’androcène : le concept écoféministe bancal de Sandrine Rousseau

OPINION. En expliquant les problèmes du monde par le triptyque colonialisme, capitalisme et patriarcat dans l’ouvrage collectif Par-delà l'androcène(Seuil), Sandrine Rousseau se condamne à ne pas pouvoir les résoudre.

L’androcène : le concept écoféministe bancal de Sandrine Rousseau


Si personne ne doute de la part de responsabilité des comportements humains dans la crise environnementale et sociale, l’imputer uniquement à l’homme blanc occidental est à tout le moins réducteur. Pascal Bruckner avait déjà démonté en 1983 cette posture dans son livre Le sanglot de l’homme blanc (Seuil), reprenant la rhétorique d’Alain Finkielkraut sur l’impasse, laquelle conduit la victimisation. L’article de Libération faisant écho à cette publication montre bien la dimension sacrée et dogmatique du combat de Sandrine Rousseau. Son sens de la mesure et son ouverture d’esprit font craindre le pire si jamais elle arrivait un jour au pouvoir.

Cela dit, cet être qui menstrue (sic) me fait surtout de la peine. Je crois sincèrement à son stress, mais je désespère de ses œillères. Je ne lui fais pas le procès que je fais à son mentor Jean-Luc Mélenchon, qui...

Contenu disponible gratuitement

77 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+