opinionsMémoire

Nommer et blâmer

08/03/2021

OPINION. Le 3 mars dernier, Emmanuel Macron a remis une pièce dans la machine mémorielle en reconnaissant au nom de la France l’assassinat de l’avocat algérien Ali Boumendjel. Et si cette déclaration relevait moins de la mémoire historique que de la stratégie politique ?

Nommer et blâmer

Mardi 14 février 2017, Emmanuel Macron déclare lors d’une interview donnée sur le sol algérien au media local Echourouk News que la colonisation avait été « un crime contre l’humanité ».

Cette déclaration faite trois mois avant l’élection présidentielle a dû faire plaisir à la grande majorité des français d’origine algérienne, un nombre d’électeurs non négligeable. Les harkis, comme d’habitude, étaient honteusement considérés comme quantité négligeable, ainsi que le soulignait le lendemain Gérald Darmanin sur twitter : « Crachats inacceptables de @EmmanuelMacron sur la tombe des français tirailleurs, supplétifs, harkis morts pour une France qu'ils aimaient — Gérald DARMANIN (@GDarmanin) 15 février 2017 ». Il poursuivait le même jour sur le réseau social : « Honte @EmmanuelMacron qui insulte la France à l’étranger ».

Depuis, ce même Gérald Darmanin, a préféré manger son chapeau et lécher les crachats pour s’installer sur le fauteuil ministériel que lui a accordé le « honteux » Emmanuel Macron.

Juillet 2020, Emmanuel Macron, qui ne change pas une stratégie qui fonctionne, demande à l’historien Benjamin Stora de « dresser un état des lieux juste et précis » sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie.

Conséquence directe de ce rapport, le 3 mars 2021, dans un communiqué de l’Elysée, Emmanuel Macron reconnait « au nom de la France » que l’avocat et dirigeant nationaliste Ali Boumendjel a été « arrêté par l'armée française, placé au secret, torturé, puis assassiné le 23 mars 1957. Paul Aussaresses avoua lui-même avoir ordonné́ à l’un de ses subordonnés de le tuer et de maquiller le crime en suicide. »

Cet aveu de Paul Aussaresses, qui fut responsable des services de renseignements à Alger, figure dans ses mémoires « Services Spéciaux : Algérie 1955-1957 », parues le 3 mai 2001 aux Editions Perrin. Emmanuel Macron considère donc...

Contenu disponible gratuitement

73 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+