opinionsViolences urbaines

Violences urbaines : l’urgente réforme de la justice

OPINION. Malgré l’intention de façade, le Beauvau de la sécurité ne résoudra pas l’incapacité du gouvernement à réagir à l’explosion des violences urbaines. C’est en réalité l’ensemble de la chaîne pénale qui défaille. Pour éviter qu’elle ne cède, il est urgent d’en réformer le dernier maillon : la justice.

Violences urbaines : l’urgente réforme de la justice

Il y a quelque chose de pathétique à voir Gérald Darmanin sauter comme une puce sur chaque foyer de violences urbaines qui apparaît, comme depuis peu à Beauvais, Lyon, La Duchère, Nice, Rillieux-la-Pape, Oyonnax, Blois... en promettant toujours le renfort immédiat de policiers et gendarmes, comme si on pouvait en sortir de derrière les fagots comme les milliards d'euros de la relance. Il devrait se souvenir qu'il fait partie de la classe politique qui a réduit les effectifs des forces de sécurité considérées comme une variable d'ajustement. L'utilisation politique de l'appellation de « violences policières » par le président de la République l'a obligé à mettre en place un Beuveau de la sécurité dont il n'y a rien de bon a attendre et qui n'est ni plus ni moins que l'application du principe du grand débat du même jupitérien pour éteindre l'incendie des Gilets jaunes. Le problème est que tout ceci est du domaine de la gesticulation et ne règle ni les causes ni les conséquences de ces violences urbaines. C 'est d'action dont nous avons besoin tant dans le domaine judiciaire que policier.

Une justice débordée et un système pénal trop laxiste

La justice a longtemps été le parent pauvre budgétaire des dépenses de l’État alors que le rapport coût/résultat pour la sécurité et le sentiment pour les Français, que la justice pénale et civile est rendue, est sans commune mesure. Si la loi de programmation pour la justice 2017/2022 a prévu une augmentation de 24% du budget de 6,7 à 8,3 milliards d'euros, cela peut paraître beaucoup. Mais c'est peu quand on sait d’où l'on vient et que c'est l’administration pénitentiaire qui profite de la majorité des postes créés. Une nouvelle loi de programmation pour la justice destinée à rattraper encore davantage le retard pris est indispensable, permettant...

Contenu disponible gratuitement

82 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+