politiquePrésidentielles 2022abonnés

Éric Zemmour candidat… selon le CSA

09/09/2021

ARTICLE. Bien que le polémiste de CNews ne soit titulaire d’aucun mandat électif et qu'il n’ait toujours pas annoncé sa candidature à la présidentielle de 2022, le voilà officiellement catalogué comme un « homme politique » par le pouvoir. Le gendarme de l’audiovisuel vient en effet de déclarer qu’il allait désormais décompter son temps de parole. Une décision surprenante à bien des égards.

Éric Zemmour candidat… selon le CSA

Mise à jour le 09/09 à 16:26 :
La chaîne CNews, qui emploie Éric Zemmour, a décidé que le journaliste resterait à son antenne, et a annoncé qu'il n'y a "pas de date de fin à ce jour" pour sa présence quotidienne à l'écran. Manière habile de contourner les exigences du CSA, Éric Zemmour sera catalogué "divers droite", et la chaîne de Vincent Bolloré a en parallèle prévu d' "éviter au maximum les interventions dans les débats de personnes politiques classées divers droite", de façon à maximiser le temps de parole accordé au potentiel candidat. Affaire à suivre, donc. 


Le suspense demeure. Éric Zemmour, candidat ou pas candidat à la présidentielle 2022 ? Lassé de cette ambiguïté, le CSA a décidé de trancher la question au cours de son assemblée plénière du mercredi 8 septembre, consacrée entre autres au « temps de parole des personnalités politiques dans les médias audiovisuels ». À compter du jeudi 9 septembre, il demande aux chaînes de télévision de décompter le temps de parole de la figure de proue de CNews.

Eric Zemmour devient dès lors le seul journaliste de France dont les interventions audiovisuelles seront chromométrées par la Justice (rappelons que le CSA est une instance de régulation autorisée à prononcer des sanctions, son degré de juridiction supérieur étant le Conseil d’Etat).

Le CSA se contredit

Cette décision a fait bondir le principal intéressé. Dans un communiqué diffusé ce matin sur son compte twitter, Éric Zemmour évoque une « intimidation » qui « porte atteinte à l’exercice de mon métier et pire, au principe de pluralisme des idées et de l’expression que le CSA est justement censé assurer sur les antennes des radios et des chaînes de télévision ». Il évoque l’incohérence de cette décision rappelant que « comme éditorialiste », il a «...

Contenu réservé aux abonnés

69 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi