politiqueEcologie

Lutte pour le climat : retour sur la joute (stérile) entre les sénateurs et la Macronie

08/07/2021

ARTICLE. Jean Castex a annoncé mardi 6 juillet l’abandon du référendum visant à modifier l’article 1er de la Constitution pour y intégrer la lutte contre le dérèglement climatique. Les députés et les sénateurs se sont écharpés sur la sémantique de cette notion… déjà présente, pourtant, dans la Charte de l’environnement de 2004.

Lutte pour le climat : retour sur la joute (stérile) entre les sénateurs et la Macronie

NB : Il est urgent que le souverainisme se réapproprie la question de l’écologie, trop longtemps abandonnée aux idéologues. Retrouvez nos analyses, nos diagnostics et nos prescriptions dans notre nouveau numéro Front Populaire n° 5 : Écologies, les leurs et la nôtre.

Clap de fin d’un feuilleton grotesque. Mardi 6 juillet, les sénateurs n’ont pas adhéré à la promesse du gouvernement, qui avait annoncé en décembre 2020 soumettre à référendum l’inscription de la « lutte pour le climat » dans l’article 1er de la Constitution. Face aux modifications du texte proposé par le Sénat, le Premier ministre Jean Castex n’a pas eu d’autre choix – à l’en croire – que d’enterrer le référendum sur le climat, ce mardi 6 juillet à l’Assemblée nationale. Sa justification : « Ce vote met hélas un terme au processus de révision constitutionnelle dont nous continuons à penser qu’il était indispensable à notre pays ». Coup de com’ à peu de frais, démagogie référendaire, sur un sujet inutile car superflu : tout indiquait pourtant que cette promesse était un échec annoncé.

En soit, le Premier ministre n’a fait qu’entériner ce qui se tramait depuis que la mesure de révision de la Constitution avait été prononcée par Emmanuel Macron lors de la convention citoyenne sur le climat (CCC) de décembre 2020. Le président de la République avait déclaré aux 150 membres vouloir reprendre la proposition d’un référendum portant sur cette question : « Faut-il inscrire dans l’article 1er de la Constitution que la France “garantit la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et lutte contre le dérèglement climatique” » ? Sitôt annoncée, cette initiative avait été vivement critiquée par l’opposition, notamment du côté des sénateurs LR et par le président du Sénat Gérard Larcher dont le rôle était pourtant crucial pour l’éxécutif.

Faut-il «...

Contenu disponible gratuitement

71 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+