politiquePrésidentielleabonnés

Macron, un programme économiquement à droite et des questions sans réponse

18/03/2022

ARTICLE. Une nouvelle fois, Emmanuel Macron esquive à sa façon le jeu de la campagne présidentielle. Dans le cadre d’une conférence de presse interminable, le candidat-président a présenté un projet socialement brutal. Et des questions — non posées par un parterre un peu trop complaisant — resteront sans réponse.

Macron, un programme économiquement à droite et des questions sans réponse


Hier, il fallait réserver son après-midi pour espérer voir Emmanuel Macron bousculé par des questions sur son bilan et sur son programme. Ce jeudi 17 mars se tenait à Aubervilliers (Seine–Saint-Denis) la grande conférence de presse du président-candidat de la République, destinée à présenter les grandes lignes de son programme aux quelque 300 journalistes présents dans la salle. Bien que la présentation ait duré quatre heures, le candidat à sa réélection n’a guère été secoué, malgré les nombreuses failles de son mandat crépusculaire et malgré la dureté du programme annoncé.

Pendant une heure et demie, le candidat Macron, avec la théâtralité à laquelle il nous a habitués, a endossé le costume du PDG qui s’adresse à ses employés pour leur présenter son bilan et les nouveaux objectifs annuels. Il a détaillé longuement son programme devant cette foule silencieuse. Un programme socialement dur, au coût évalué à 50 milliards d’euros par an, auxquels s’ajouteront 15 milliards de baisses d’impôts pour les ménages, mais aussi (et surtout) pour les entreprises, éternelles grandes gagnantes du macronisme. Il y a des choses qui ne changent pas.

Grande mesure – déjà annoncée dans la presse et notamment par Emmanuel Macron lui-même lors de l’émission « La France face à la guerre » du lundi 14 mars sur TF1 –, le décalage progressif de l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans. La dégradation des perspectives financières du système de retraite serait l’explication invoquée. Et comme il n’est pas question d’imposer plus les grandes fortunes et les entreprises, il fallait bien trouver cet argent quelque part. Une façon, en quelque sorte, de donner forme au tarif du « quoi qu’il en coûte », si favorable aux grandes entreprises qui ont vu leurs profits exploser cette année ? Nous aurions bien aimé lui poser...

Contenu réservé aux abonnés

63 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+