politiqueMelenchonabonnés

Mélenchon face à Zemmour : l’étrange volte-face de la France Insoumise

23/09/2021

ARTICLE. Jean-Luc Mélenchon doit-il débattre avec Éric Zemmour, ce jeudi 23 septembre à BFMTV ? Dans les rangs de la France Insoumise, on répond par l’affirmative. Une position qui tranche avec la ligne que le parti, comme une bonne partie de la gauche, défendait jusqu’à présent : “on ne débat pas avec l’infréquentable“.

Mélenchon face à Zemmour : l’étrange volte-face de la France Insoumise


La joute de ce jeudi 23 septembre est promise à un succès d’audience certain. Il faut dire qu’alors que la présidentielle de 2022 commence à être sur toutes les lèvres, l’affiche d’un débat Zemmour — Mélenchon en fait saliver plus d’un. Ce débat diffusé ce jeudi soir chez BFMTV verra le responsable de la France Insoumise avec le chroniqueur-journaliste-essayiste (candidat ?) s’affronter sur une liste de thèmes définis. Chaque camp a choisi deux sujets de prédilection sur lesquels s’opposer : sans surprise, Éric Zemmour s’est orienté vers l’immigration et la sécurité. Désireux de ne pas donner du grain à moudre aux détracteurs qui reprochent à l’ancien sénateur PS de participer à la diffusion d’idées « nauséabondes » du journaliste de droite, Jean-Luc Mélenchon a tenu à opposer deux thématiques “de gauche” : la fracture sociale et la transition écologique.

Dans les sondages, Mélenchon et Zemmour au coude-à-coude

Jean-Luc Mélenchon a besoin d’un nouveau souffle, tout comme il a besoin d’imposer ses idées, campagne oblige. Les sondages ne sont pas tendre avec lui, rien à voir avec la vague de popularité qu’il a connue en 2017. Un sondage Harris Interactive pour Challenges le donne à 11 % d’intention de vote, derrière Xavier Bertrand (divers droite) à 14 %, Marine Le Pen (RN) à 18 % et enfin Emmanuel Macron (EM) à 23 %. Ironie du sort, il réaliserait un score très légèrement inférieur à celui d’un certain… Éric Zemmour, si celui-ci venait à être candidat à la présidentielle.

Ce faible score s’explique en partie par l’éclatement de la gauche en toute une floppée de candidats concurrents : Anne Hidalgo (PS), un candidat EELV (Rousseau ou Jadot), Fabien Roussel (PCF), Arnaud Montebourg (l’Engagement) Nathalie Arthaud (LO), Philippe Poutou (NPA) ou encore Georges Kuzmanovic (République Souveraine) sont candidats. Cette même gauche qui regarde...

Contenu réservé aux abonnés

71 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi