politiqueElections

Régionales 2021 - Fiasco Adrexo : quand l’inefficacité du privé influence les scrutins

21/06/2021

ARTICLE. Hier, les résultats du premier tour des élections régionales 2021 sont tombés. Au-delà des batailles entre candidats, ce qui a marqué est l’énorme taux d’abstention (entre 66,1 et 68,6%). Parmi les causes de cette abstention, certains ont pointé du doigt la mauvaise distribution des professions de foi par la société privée Adrexo…

Régionales 2021 - Fiasco Adrexo : quand l’inefficacité du privé influence les scrutins

La Poste et Adrexo ont été convoquées ce lundi à 10h par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Les deux sociétés étaient en charge de la distribution des professions de foi et des bulletins de vote pour les élections régionales. Or nombre d’entre elles ne sont tout simplement pas arrivées dans les boîtes aux lettres des citoyens. Régions, départements et communes ont fait le même constat à la veille du scrutin : les documents de propagande électorale n’ont pas tous été distribués . Le secrétaire général du ministère de l'Intérieur Benoît Albertini, le jour même de l’élection, a reconnu des « dysfonctionnements majeurs ».

« Privé » ne rime pas avec « qualité »

Adrexo, qui avait remporté l’appel d’offres pour effectuer cette mission, a été particulièrement montrée du doigt, car la partie du territoire national qui lui était attribuée – c’est le cas le cas de l’Orne, de la Loire-Atlantique, du Nord, de la Haute-Loire, de la Marne ou encore de la Mayenne – a subi plus de dysfonctionnement que la partie allouée à La Poste. Dès le jeudi 17 juin au Sénat, le ministre de l’Intérieur avait accusé l’entreprise d’avoir « particulièrement mal distribué une partie de la propagande électorale ».

Adrexo est le premier opérateur privé de distribution d’imprimés publicitaires en France, elle distribue chaque année environ 9 milliards de prospectus et autres publicités dans près de 24 millions de boîtes aux lettres. Appartenant au groupe français Hopps Group, la société a en outre régulièrement dû faire face à des difficultés financières…

En septembre 2019, Marsactu rapportait que les syndicats s’inquiétaient de l’état de santé de l’entreprise lorsqu’elle avait été contrainte de payer ses salariés en deux fois et d’hypothéquer son siège social. Pire, Les Échos soulignait en février 2020 comment Hopps Group avait échappé...

Contenu disponible gratuitement

51 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+