sociétéMathématique

Comment se sont envolées des décennies d’excellence française en mathématique

25/11/2020

ANALYSE. Tous les six ans l’Éducation nationale lance une enquête afin de mesurer l’évolution du niveau des élèves. Cette évaluation (Cedre) s’est penchée cette année sur les maths : les performances des écoliers de CM2 ont fortement baissé. Ce que Cedre ne dit pas c’est comment se sont envolées des décennies d’excellence française en mathématique.

Comment se sont envolées des décennies d’excellence française en mathématique

Au supermarché Mme Martin donne trois billets de 50€, la caissière lui rend 13€, combien devait-elle régler ? Ou, quel est le tiers de 66 ? A cette dernière question, moins de la moitié des élèves de CM2 testés en 2019 ont répondu juste. Par la suite, jeudi 1er octobre, le même titre est paru dans tous les journaux français : « Etude Cedre : chute du niveau des élèves de CM2 en mathématiques entre 2014 et 2019 ». Pourtant, les résultats de 2014 n’étaient déjà pas particulièrement brillants. A l’école comme au collège, dorénavant la moitié des élèves a un niveau faible et un quart a un niveau extrêmement faible. C’est un échec national que nous paierons au prix fort, la contribution des mathématiques au développement de nos économies modernes étant devenue fondamentale. Pour faire des ordinateurs, de l’imagerie médicale, de la biostatistique, de la finance, de l’informatique, des télécommunications, il faut des mathématiques. Pour faire des cartes à puce, des robots et de l’intelligence économique, il faut des mathématiques. Les domaines où les mathématiques interviennent de façon substantielle (mais néanmoins souvent cachée) sont de plus en plus nombreux. Même le marketing utilise des outils mathématiques de plus en plus performants pour évaluer sa stratégie.

Ces résultats ne sont plus une surprise, on suit le feuilleton de nos piètres performances au rythme de la révélation des résultats aux tests internationaux et nationaux. Pourtant depuis 1936, 13 Français ont décroché la médaille Fields, contre 14 États‐Uniens, 9 Russes et 3 Britanniques. Mais ne nous y trompons pas, l’excellence de la recherche mathématique française, dont on se réjouit, ne saurait masquer la chute du niveau des écoliers français en mathématiques. On y apprend par exemple que seulement 23 % des élèves ont un bon niveau en maths contre...

Contenu disponible gratuitement

89 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+