sociétéCovid-19

Malade du Covid ? Prouvez-le !

18/09/2020

La Covid est désormais officiellement une maladie professionnelle. Mais encore faut-il cocher toutes les cases du bon malade pour espérer être réellement pris en charge. C’est là que le parcours du combattant commence…

Malade du Covid ? Prouvez-le !

Depuis mardi dernier, la Covid est devenu une maladie professionnelle grâce à un décret publié au Journal officiel. Enfin une bonne nouvelle pour les nombreux malades pris entre les mailles de l’administration et en porte-à-faux vis-à-vis de leur employeur ? Pas tellement, car précisément, la reconnaissance est très restrictive. Même chez les soignants et assimilés - intervenants auprès des personnes vulnérables dans les hôpitaux, la pharmacie ou le transport des malades -, à domicile ou en Ehpad, la reconnaissance n’est automatique qu’à condition d’avoir contracté une forme sévère de la maladie. En d’autres termes, les soignants n’ayant pas eu besoin d’une oxygénothérapie (ndlr : forme d’assistance ventilatoire enrichie en oxygène) ne sont pas automatiquement reconnus comme « malades ».

Pourtant, la reconnaissance de la maladie est fondamentale pour le malade, et pas seulement sur le plan psychologique. Elle permet une prise en charge à 100% des frais médicaux mais aussi la possibilité de recevoir des indemnités journalières avantageuses en cas d’incapacité temporaire ou permanente. Dans le cas d’un décès, les ayant droit sont éligibles à la perception d’une rente. On voit que les conditions de reconnaissance de la maladie sont tout sauf anecdotiques eu égard à leurs retombées pratiques.

Quant aux autres professionnels qui ne remplissent pas les deux conditions cumulatives – n’ayant pas été mis sous assistance respiratoire et ne faisant pas partie des métiers de la santé -, leur chance de voir leur maladie reconnue se réduit comme peau de chagrin. Ils peuvent faire l’objet d’une demande - étudiée au cas par cas -, mais en prouvant qu’ils ont bien attrapé la Covid sur leur lieu de travail. En somme, la charge de la preuve incombe au patient, lequel doit de surcroît démontrer une incapacité permanente d’au moins 25%.

Un parcours du combattant qui pourrait compliquer encore davantage le quotidien des malades....

Contenu disponible gratuitement

34 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+