sociétéCovid-19abonnés

Passe sanitaire : L’Ordre des médecins s’inquiète des conséquences à l’hôpital

04/08/2021

ARTICLE. À 48h de la publication de l’avis du Conseil Constitutionnel sur le passe sanitaire, l’Ordre des médecins s’inquiète. L’exigence d’un passe sanitaire pour accéder aux centres de soins remettrait en cause la garantie de l’accès aux soins pour tous.

Passe sanitaire : L’Ordre des médecins s’inquiète des conséquences à l’hôpital

Les patients malades doivent-ils tous accéder aux hôpitaux ou aux cliniques, même sans passe sanitaire ? À l’approche de l’avis du Conseil constitutionnel sur ce dispositif, le jeudi 5 août, l’Ordre des médecins interpelle le gouvernement. « L’Ordre des médecins s’inquiète vivement des conditions de mise en œuvre d’une telle disposition », rappelle-t-il en précisant, que « la mission de service public assumée par tous les soignants est de garantir l’accès aux soins pour tous. »

S’il était validé par le Conseil constitutionnel, le passe sanitaire — déjà utilisé au sein des lieux de cultures — serait étendu à partir du 9 août aux établissements de santé. Seuls les patients présentant une situation « d’urgence » seraient acceptés dans ces bâtiments. Une situation difficilement acceptable pour l’Ordre des médecins qui considère que « les conséquences délétères de la crise sanitaire » ne doivent pas « priver des patients de soins et de suivi des malades, et notamment des malades atteints de pathologies chroniques ».

L’application du passe sanitaire dans la Santé : le flou

Dans son inquiétude, l’Ordre des médecins rejoint l’avis de la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (SFAP), qui rappelle que le passe sanitaire ne doit pas remettre en question « l’importance de maintenir la présence des proches auprès des patients en fin de vie ».

De son côté, le Collège des gynécologues demande que soient toujours pris en charge « dans les conditions habituellement requises », le suivi des grossesses. Enfin, les professionnels de la psychiatrie ont adressé une lettre ouverte à Jean Castex où ils se sont également interrogés : « Comment accepter que des personnes ayant besoin de soins et qui s’adressent à l’hôpital puissent être refoulées parce qu’elles n’ont pas de passe sanitaire ? »

Ces prémices de contestations mettent en...

Contenu réservé aux abonnés

47 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi