sociétéEducation

Rentrée scolaire : Une année vraiment « normale » ?

12/09/2020

Jean-Michel Blanquer s’était voulu résolu et déterminé, le 26 août dernier, lors de sa dernière conférence de presse, promettant une « année normale » aux élèves et aux enseignants français. Qu’en est-il après deux semaines de rentrée ?

Rentrée scolaire : Une année vraiment « normale » ?

« Le ministère sait où il va », avait insisté, fin août, Jean-Michel Blanquer. Les enseignants de France et de Navarre, eux, pas toujours…notamment lorsqu’il s’agit de changer de salle de classe en suivant l’improbable marquage fléché au sol. Dans l’ère de l’école post-Covid, il faut parfois ruser. Sur certains forums de professeurs, on s’épanche avec une ironie teintée d’amertume : « Il y a des voies de circulation. Avec l’équivalent du yellow scotch of the police pour barrer certains couloirs, mais version chantier abandonné. C’est pour que ce soit plus simple : c’est à dire que pour aller de la salle 110 à la salle 112, vu qu’au milieu, c’est prohibé, vous descendez par l’escalier côté rue, vous traversez le stade, vous remontez par l’escalier côté EPS, jusqu’au 2e, puis vous empruntez l’escalier B qui vous amène, via le CDI, au couloir de la salle 112. » En effet, depuis la rentrée, dans la majorité des établissements, ce sont les enseignants qui changent de salles et non les élèves. Ce n’est toutefois pas vrai partout, comme le note Jean-Marc*, enseignant en Histoire-géo dans un collège-lycée semi-privé de Bastia : « Chez nous ce n’est pas le cas. Beaucoup de mesures ont l’air de dépendre des établissements en fait. Ici, nous avons gardé le fonctionnement habituel, ce sont les élèves qui changent de salles. En revanche, on a du gel hydro-alcoolique pour nettoyer les classes. »

« Chacun mange dans son coin »

L’idée originelle du ministère de l’Éducation nationale était d’éviter le brassage, mais cela reste une recommandation et non une obligation, du moins tant que nous sommes en phase 1, c’est-à-dire en état de « circulation maîtrisée » du virus. Jean-Michel Blanquer avait en effet distingué, dans son allocution du 26 août, trois cas de figure de propagation du virus, en prévision de la rentrée : circulation maîtrisée (les écoles...

Contenu disponible gratuitement

80 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+