sociétéDroit

Un dessin choquant... mais pas illégal

Régis de Castelnau a été choqué par le dessin de "Valeurs actuelles" qui représente Danièle Obono en esclave africaine. Mais il n'y a pour lui aucune raison de trainer le magazine devant les tribunaux.

Un dessin choquant... mais pas illégal

"Le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit!" Depuis deux jours, l’affaire "Valeurs actuelles" versus Danièle Obono a vu refleurir cette invocation.

Les tenants de la "petite gauche" se sont précipités sur l’incident avec gourmandise, accompagnés des appels habituels à la punition judiciaire, formulés par tous tous ceux qui rêvent de voir les juges interdire la parole aux méchants qui ne pensent pas comme eux.

Daniel Obono elle-même n'a pas manqué de brandir directement la menace en se présentant comme la victime d’une "violence sans nom" et en annonçant qu'elle étudierait "sérieusement la question de porter plainte". 

Comme le souligne avec une grande pertinence Anne-Sophie Chazaud dans son ouvrage à paraître dans quelques jours ("Liberté d’inexpression", chez l'Artilleur), ce recours systématique au judiciaire est devenu un des outils essentiels de la censure contemporaine. L’objectif est double: d’abord instrumentaliser le juge pénal en le faisant intervenir dans le champ du débat politique, et ensuite intimider l'adversaire, personne n’ayant envie de se retrouver à la barre des accusés.

Avant d’expliquer pourquoi les envies de punitions judiciaires de Danièle Obono ne devraient normalement pas pouvoir être suivies d’effet, revenons quelques instants sur l’incendie qui a ravagé le champ politique et les réseaux sociaux pendant le week-end.

Cette séquence mérite trois observations. Tout d’abord relevons le caractère à la fois détestable et contre-productif du dessin paru dans "Valeurs actuelles". Ensuite notons la violence et l’unanimité de la réaction des acteurs politiques de tous bords. Enfin observons l’effet boomerang que le courant racialiste anti-populaire est en train de subir.

L’initiative de "Valeurs actuelles" tout d’abord. Comment ne pas être consterné par cette publication? Certes il est incontestable que Danièle Obono incarne à la perfection un courant politique qui a fait de l’esclavage un levier de chantage pour justifier des positions que nous qualifierons par...

Contenu disponible gratuitement

81 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+